Forum RPG dans l'univers de Cherub
 

Partagez | 
 

 While my Guitar gently weeps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: While my Guitar gently weeps   Mer 4 Mar - 19:49

Nom Prénom
Informations générales

Nom : GALLAGHER
Prénom : Luke
Age d’arrivée à CHERUB : 11
Age au temps de cette fiche : 14
Pourquoi il a attiré l’attention de CHERUB ? Luke a un QI de 182, et avait sauté deux classes de primaire. Quand il a intégré CHERUB, il parlait déjà couramment l'allemand. Sa capacité à retenir tout ce qu'il souhaite sans manifester la moindre difficulté apparente a aussi joué en sa faveur. A 10 ans, il était en relativement bonne forme physique, car il avait pratiqué la natation à cause de ses parents mais n'était pas un fan de sport.
Avatar : Irie Soichi de Reborn
Son physique
Des cheveux châtains tombant légèrement devant ses yeux, des lunettes lui donnant un léger style vintage, et des yeux couleur noisette avec un soupçon de nonchalance dedans, un visage assez pâle mais pas trop aux traits fins avec un joli sourire lorsque l’action en justifie un, et ce qui peut être appelé un début de barbe : Luke est plutôt séduisant et plaît aux filles, qui apprécient son style de rocker un peu retro (Dommage pour elles…Il est gay). D’un naturel très fin, ses muscles se sont évidemment développés au fil des années passées à CHERUB, mais il reste relativement sec. C’est un jeune homme assez grand pour ses quatorze ans, mais pas à outrance.
En ce qui concerne son style vestimentaire, Luke est toujours resté fidèle à ce qui lui correspond : un style de la fin des années 60, en adéquation avec cette époque où il aurait adoré vivre : chemise vintage en jean ou en écossais, veste blazer, converses, ou encore lunettes teintées orange ou bleu de temps en temps. Par son physique, il ne fait pas plus que son âge, mais ce style un peu hipster le vieillit puisqu’il n’est pas répandu parmi les jeunes de son âge. Il porte l’uniforme de CHERUB quand il le doit, sans grandement l’apprécier, ces T-shirt et treillis, c’est tellement mainstream !
Mais il doit admettre que même s’il considère ces T-shirt de couleur comme une immondice aux yeux des principes de la mode, il est toujours satisfait de porter le sien, bleu-marine, de temps en temps devant les autres, pour frimer un peu.
Son caractère
Première chose à savoir sur moi : je suis génial. Quoi ? Ça vous semble un peu prétentieux. Peut-être. J’ai un ego légèrement surdimensionné, on me l’a déjà fait remarquer. Bon je ne suis pas si incroyable que ça, mais j’aime bien ce que je suis, et j’aime penser que je suis bon dans ce que je fais. Je suis quelqu’un d’orgueilleux. C’est probablement mon plus gros défaut, je veux être reconnu pour ce que je fais, et je ne supporte pas l’échec, et encore moins de l’admettre.  Mais lorsque l’on apprend à me connaître, on sait que l’on peut compter sur moi pour être là pour les autres, écouter, et aider. Je ne suis pas quelqu’un d’agressif, sauf dans les cas extrêmes où l’on me pousse à bout. On me considère comme drôle, et très à l’aise avec les gens, surtout les filles, avec qui je me sens plus à l’aise pour des relations amicales. Ma seule limites : les gosses. Je n’aime pas ça. Me forcer à devoir m’occuper des T-Shirt rouges est pour moi l’unes des tâches les plus ingrates que l’on puisse me donner. Ces petits morveux sont insupportables, et j’ai l’impression qu’ils sont de moins en moins respectueux de leurs aînés. Enfin, bref, je m’égare. Mes passions ? La musique, je pense en avoir déjà parlé. Non ? Bon eh bien, parlons-en. Le Rock, c’est ma religion. Et mes Dieux sont The Beatles, Bob Dylan, Lou Reed, Leonard Cohen, Pink Floyd, The Kinks, David Bowie, Queen, Dire Straits ou encore Oasis. Sinon, j’aime beaucoup lire. Surtout Jack Kerouac, Patti Smith ou Arthur Rimbaud. J’adore le cinéma, de pop culture surtout, style Tarantino. Enfin voilà. Je n’aime pas trop le sport, à part la course et la natation. Je pense avoir fait un tour superficiel sur qui je suis, mais qui me résume bien, alors on va s’arrêter là, et je vous laisse en savoir plus en lisant mon passé.
Son histoire

 Une fraîche soirée d’automne, quelques bourrasques légères faisant voler les feuilles mortes des rues parsemées d’arbres. Un bar californien, à moitié rempli, encore calme. Quelques habitués sont assis au comptoir, de vieilles affiches de films américains ou de concerts de rock sont accrochées, des néons de lumière colorés sont sur les murs. Un homme seul, aux cheveux blonds cendrés coiffés longs et à la barbe mal rasée est installé à une table. Sur la banquette en face de lui, une guitare dans sa house est délicatement placée.

D’autres musiciens arrivent, le retrouvent, et ensemble, ils montent sur une scène à l’arrière du bar. Au bout de quelques minutes, ils se présentent vaguement, et commencent à jouer. La musique continue, les sièges vides se remplissent, des clients restent debout, faute de mieux. L’alcool coule à flot, deux ou trois hippies avec des dreadlocks prennent des acides dans un coin. Deux filles rentrent. Jeunes. Jolies. Jupes, collants, veste en cuir et grandes écharpes. Elles ont les yeux légèrement rougis, probablement de l’herbe dans leur poche.

La soirée s’emballe, le groupe joue ses meilleures chansons, les filles sont passées à la tequila. Et puis finalement, l’heure de la musique s’achève. Le gérant du bar donne quelques billets au chanteur. Ce dernier les partage. Puis, la plupart du groupe d’en va. Le guitariste et le batteur restent. L’endroit se vide peu à peu. Le batteur chuchote quelque chose à l’oreille du guitariste. Les deux se lèvent. Comme par un hasard fortuit, ils vont voir les deux filles entrées tout à l’heure.

Le batteur sait jouer à ce jeu. Très bien, même. Il ne lui faut pas cinq minutes pour sortir du bar en compagnie de l’une d’elles, adressant un petit signe de tête suivi d’un clin d’œil à son camarade. L’autre jeune fille se retrouve donc seule, avec le guitariste. Elle est un peu gênée. Probablement pas du genre à coucher au premier soir, comme sa copine, peut-être qu’elle a un peu redescendu aussi. Le musicien ne la pousse pas trop, il ira probablement voir ailleurs si ça rate.

La nana se laisse finalement charmer : le guitariste est un mec sympa, et elle en a assez de trop réfléchir. Elle glousse, il se rapproche. Leurs lèvres se touchent. Et paf, ça fait des Chocapics. Bon plus exactement, ça fait des gosses. Enfin, pas tout de suite. Disons que le coup d’un soir s’est transformé en plan cul, puis le groupe a eu plus de succès, c’est devenu une groupie, et après, plus que ça. Après des années de romance maudite et une tonne de péripéties plus ou moins trash, ils ont fini par se marier.

Et enfin, après dix ans et vie commune et deux autres gamins, je suis né. Pourquoi je vous raconte toutes ces histoires alors que c’est de moi que je suis censé parler ? Bah, pour être honnête, c’est surtout parce que leur histoire me tient à cœur. Quoi ? Oui, je sais elle n’est pas romantique du tout. Mais c’est ça que j’aime là-dedans. C’est une vraie histoire, de son temps. C’était les seventies, après tout ! Cette époque, même si elle précède de plusieurs décennies ma naissance, fait partie de mon identité : j’aime cette époque.

Je suis né sous le nom de Luke Hansen à San Francisco en 1999. Un petit peu avant le passage à la mauvaise musique, à quelques exceptions près. Vive le XXIème siècle…Mes parents ont fini par se poser là-bas au bout de plus quinze ans de tournées, de concerts et de déménagements. Mon père, Walli Hansen, d’origine allemande, était donc guitariste dans un groupe de rock, The Links. C’est génial, oui, aucun doute. J’aurais adoré avoir eu son âge à cette époque, j’aurais probablement suivi la même voie.

On est donc en 1985, le groupe a fini par se séparer, parce que les membres considéraient qu’il fallait savoir s’arrêter (certains devraient prendre exemple), et que chacun voulait fonder une famille. Du coup, mes parents qui s’aimaient d’une manière libre ont décidé de se rendre exclusifs l’un à l’autre. Ma mère est tombée enceinte assez rapidement (elle l’était peut-être déjà quand ils se sont mariés).

C’était mon grand frère, Lewis. Il était cool, je me souviens. Malheureusement, il a hérité du caractère rebelle de mon père dans sa jeunesse, et il est parti de la maison suite à une dispute lorsqu’il avait 20 ans, et moi 6. On ne l’a jamais revu. A ce que j’ai compris, il est en taule maintenant. Trafic de drogues, je crois. Ma sœur, Leslie, qui est née deux ans plus tard, a toujours été gentille avec moi. Je crois que c’était la personne que j’aimais le plus au monde.

J’aimais bien mes parents aussi, mais bon, mon père semblait toujours un peu distant, et ma mère Rachel, un peu malheureuse. Ça doit faire un choc de passer d’une vie à l’autre comme ça, ça ne peut pas plaire à tout le monde. Je suis né douze ans après ma sœur. Leslie, c’était donc une deuxième mère pour moi. Le seul lien que j’avais avec mon père, il n’était pas des moindres : la guitare.

Mon père m’a mis à la musique dès mon jeune âge, en me donnant une vieille guitare sèche sortie d’un grenier. A mesure que je progressais, il m’offrait une nouvelle gratte, meilleure que la précédente. Mais l’objet de tous mes rêves, c’était celle de mon père. Une Gibson Les Paul rouge, signée par Eric Clapton. Tellement de valeur que je n’avais même pas le droit de la toucher. C’était véritablement le Saint Graal pour moi.

Et puis finalement, ce qui devait arriver arriva… On a diagnostiqué un cancer du poumon à ma mère, les conséquences d’une jeunesse un peu trop allumée, peut-être. Le prix à payer pour avoir vécu. Elle n’a pas tenu six mois. Mon père était dévasté. Il se fit encore plus distant, laissant à Leslie le soin de s’occuper de moi. Suite à la mort de ma mère, je n’ai pas vu mon père pendant trois mois.

Et puis, les années sont passées. J’ai eu onze ans, et j’avais formé un groupe avec quelques gamins de mon collège. Un jour où l’on devait se produire devant toute l’école, mon père, ne pouvant pas m’accompagner, et ma sœur ayant trop de travail à l’université, mon père demanda à son chauffeur de m’accompagner. Ce concert fut génial. Je me souviens encore de comment on m’avait acclamé après mon solo de guitare électrique sur Stairway to Heaven.

Mais voilà. Ce qui s’est passé ensuite, ça m’a fait redescendre. J’arrivai près de chez moi, et je vis des voitures de police, partout. De la fumée. Un gigantesque tas de ruines à la place de notre maison. Des voisins choqués, des voyeurs impressionnés. Apparemment il y avait eu une explosion. L’explication qu’on donne : un ancien fan de mon père, devenu fou passionnel, a placé une bombe dans la maison. Mon père et ma sœur étaient dedans. Tout était parti. Je ne savais pas quoi dire, mon visage était bloqué dans une expression d’incompréhension, de choc, de tristesse. Qu’allais-je devenir ?

Un des flics sort quelque chose des décombres. Apparemment le seul truc de la baraque qui est resté intact, d’après lui. C’est une house de guitare. Dedans, la Gibson de mon père. Tout ce qu’il me reste. Rien que ça pour commencer une nouvelle vie. Je l’avais toujours désirée, mais pas comme ça…

On m’a placé dans un orphelinat plutôt confortable en Angleterre, là où vivaient les autres membres du groupe, désormais. On était convaincu que l’on trouverait très vite quelqu’un pour m’accueillir, parmi les connaissances de mes parents. Mais apparemment, non. D’après ce que j’ai compris, mon père était tombé dans la drogue après le décès de ma mère, et s’était brouillé avec pratiquement tous ses amis, déjà qu’il n’en avait plus beaucoup, en dehors des membres du groupe, dont un était mort d’une overdose, un autre ruiné par une addiction au jeu, et pas en état d’élever un gamin. Il ne restait que le batteur du groupe.

La dispute qu’il avait eue avec mon père avait apparemment été très violente, et il n’a même pas voulu entendre parler de moi. Je n’avais plus de famille, même éloignée, à cause de stupides grands parents décédés qui n’avaient tous eu qu’un enfant. Du coup, je me retrouvais coincé dans cet orphelinat le temps que l’on me trouve une famille d’accueil. Sur le papier, je n’avais pas à me plaindre, après tout, l’endroit était plutôt bien subventionné.

Mais je me sentais seul. Je n’avais rien à moi, à l’exception de cette guitare. Et puis, plus le temps passait, plus mon identité qui se créait faisait de moi l’être que je suis aujourd’hui, à savoir, ce que les autres garçons de l’orphelinat aimaient appeler « une pédale ». Je me suis bien fait discriminer pour ça. Des remarques homophobes, des blagues lourdes, et ça allait crescendo.

La première fois que j’ai esquissé un sourire à l’orphelinat, ce fut à l’arrivée d’une nouvelle. Elle s’appelait Sara, elle avait quatorze ans. C’était la seule qui était gentille avec moi, qui me réconfortait et essayait de me faire comprendre que je ne devais pas me mettre à leur niveau. Elle me rappelait Leslie. Et sa compagnie marchait bien : à compter de ce jour, je ne les laissai plus m’atteindre. Mais c’était sans compter sur ce connard de Mike Davies. Celui-là, il m’avait pris en grippe dès le premier jour, et il ne me lâchait pas.

Je m’en souviens comme si c’était hier, un 22 mai. Je sors du réfectoire pour revenir dans ma chambre, traversant ces couloirs sombres que je détestais. Et puis là, je le vois. Il se tient, à quelques mètres de moi. Ma guitare à la main, un sourire vicieux aux lèvres. Il dit d’une voix traînante :

-Jolie guitare… Ce serait dommage qu’il lui arrive quelque chose !

C’était plus que je ne pouvais supporter. J’avais en moi toute la tristesse du solitaire, toute la colère du marginal, tout le désespoir de l’homme brisé. Je m’approchai de lui, et lui criai d’une voix menaçante qui semblait ne pas être la mienne :

-Si tu y touches, je te jure, je te tue. J’en n’ai rien à foutre, j’ai plus rien à part ça. Je n’hésiterai pas une seconde. Alors tu reposes cette guitare, où je t’écrase ta putain de gueule de merde. T’as compris espèce d’enculé ?

A ce moment-là, je regardai autour de moi, et je vis une dizaine de personnes qui me scrutaient d’un air inquiet. J’arrachai des mains de Mike ma guitare, et partis en courant hors de l’établissement. Je restai en fugue pendant plusieurs jours, pendant lesquels, je revenais régulièrement à l’orphelinat sans me faire voir, pour voler de la nourriture dans le réfectoire. Un jour, je revins dans ma chambre, afin de récolter les réserves que j’y avais placé, lorsque je vis une silhouette, puis, rien. Tout était noir, tout était silence.

Je me réveillai dans une étrange salle, vêtu d’un T-shirt orange où était marqué CHERUB…

***

La suite, eh bien, c’est celle de beaucoup d’autres. J’ai découvert que CHERUB était une branche ultrasecrète des services secrets britanniques, qui utilisait des enfants, et qui était intéressée par mon profil, et que c'était Sara qui m'avait amené ici. Apparemment, mon dossier scolaire et ma capacité à survivre dans la rue pendant plusieurs jours en volant de la nourriture au centre sans me faire voir avaient joué en ma faveur. N’ayant rien d’autre dans ma vie, j’acceptai tant que je pouvais prendre ma gratte. Cela me donnait une nouvelle raison de vivre. Je choisis le nom de Gallagher, en l'honneur des frères du groupe Oasis.

J’ai passé le Programme d’Entraînement Initial, en en gardant d’horribles souvenirs, puis j’ai commencé mes missions. J’ai participé à quelques petites opérations, mais c’est surtout le démantèlement d’un grand réseau de trafiquants de drogue à Berlin qui m’a valu le T-Shirt Bleu Marine, que je porte aujourd’hui. J’ai même pu revoir ma Californie natale dans le cadre de ma deuxième grosse mission, qui a conduit, en coopération avec le FBI, à la destruction d’une cellule terroriste locale.

Aujourd’hui, je suis devenu quelqu’un. J’ai une identité. Je suis gay, je l’assume, je viens de San Francisco, et un jour, j’y retournerai, je suis un guitariste de bon niveau, et une sorte de hipster qui a des vinyles partout dans sa chambre, et qui lit du Kerouac. Et je n’ai jamais été si heureux.
Derrière l’écran
Pseudo : Tipie (Tristan)
Age : 18 (disons 19 c'est dans 2 mois)
Comment nous as-tu connus ? Je suis un ex admin
Des remarques ? Code: OK


Dernière édition par Luke Gallagher le Sam 7 Mar - 15:39, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Piotr J Kozar
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 03/10/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 12 ans (11 novembre)
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 01
Heard Of You

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Jeu 5 Mar - 11:53

*saute sur Alex*
T'es venu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Cool !!!
Bon je te laisse finir ta fiche et je t'invite à lire le règlement pour trouver le code
Ah et tu fera attention, on est en septembre-octobre 2013 et non 2014 ^^ Le forum à quelques peut de retard sur la réalité

Et tu nous as légèrement embêté avec Irie qui ne ressemble pas à Irie parce que nous on regardait KHR en plein écran avec plein de gros plan sur Irie ^^

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
#BE0000

Thank you Maku
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Jeu 5 Mar - 18:35

Merci pour l'accueil, c'est bon d'être de retour, même si j'ai pas énormément de temps libre ^^
Ok je change la date de naissance en 1999!
(Pour être sûr, Irie=Nom du perso de mon vava? :p Et si oui, rappelle-moi le nom du manga concerné ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Maxwell A. Tijabi
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 25

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 16 ans/15 septembre
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 12
Légende

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Jeu 5 Mar - 19:11

Le nom de ton vava c'est Irie Soichi de Reborn (bon, c'est le nom abrégé, mais on comprend bien assez ainsi xD)

J'espère d'ailleurs que le vava que je t'ai fait te plait 8D

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Jeu 5 Mar - 19:13

Oui super Wink Merci bien!
Revenir en haut Aller en bas
Piotr J Kozar
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 03/10/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 12 ans (11 novembre)
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 01
Heard Of You

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Ven 6 Mar - 7:56

Hé hé, on peut aussi abréger par les initiales de Katekyou Hitman Reborn (KHR)

Bon ta fiche est finie semble-t-il ? Mais il manque le code et un icône serait pas mal. Nee-san, tu le fais ? Ou Luke, tu te débrouilles ?

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
#BE0000

Thank you Maku
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Ven 6 Mar - 18:03

Ouais c'est ça manque le code. Je vais essayer de trouver une icône moi-même Wink
Revenir en haut Aller en bas
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   Sam 7 Mar - 18:52


Félicitation, te voilà validé ! Quel bonheur, quel bonheur, tu es une si belle personne ! Et maintenant, tout le forum t'est ouvert, si c'est pas la classe ? Nous t'invitons tout particulièrement à aller faire ta demande de logement, histoire de ne pas dormir à la belle étoile, ainsi que ta fiche de relation, et ton dossier personnel, pour qu'on ne te perde pas de vue ! Alors, tu pourras enfin te lancer dans la grande aventure. Et si tu as besoin pour cela d'un petit coup de pouce, jette un œil aux demandes de rp


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: While my Guitar gently weeps   

Revenir en haut Aller en bas
 

While my Guitar gently weeps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» While my guitar gently weeps || Aileas
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» rasta boyz (idées)
» Mick Taylor
» Ils sont tous morts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus RPG :: Vos personnages :: Présentations :: Dossiers Acceptés-