Forum RPG dans l'univers de Cherub
 

Partagez | 
 

 Stage de Remise en Forme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Gordon McGowan
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 22/01/2015
Légende

MessageSujet: Re: Stage de Remise en Forme   Dim 1 Mai - 19:11


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez une semaine pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣ Troisième partie de l'exercice : on ramène la mallette !
♣ Si Piotr ou Zoël répondent en premier, ils réussissent l'exercice.
♣ Si Kyra ou Ambre répondent en premier, leur équipe récupère la mallette. Si la seconde répond avant l'autre équipe, elles réussissent l'exercice. Autrement, le tour prend fin, les autres n'auront pas besoin de poster.
♣ Si l'exercice est réussit, les joueurs à poster après décrivent la fin de la journée : repas seulement pour les vainqueurs, et huit heures de marches pour rentrer au campus

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 750 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre Ashton
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 14/03/2015
Age : 19
Localisation : Avec soit Sora, Itô ou Kelly

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 9 ans / 28 Février
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 0
No Care

MessageSujet: Re: Stage de Remise en Forme   Dim 1 Mai - 19:44

J'étais furieuse contre moi-même de m'être laissé piéger comme une débutante sur ce coup-là. Je me jurais immédiatement de ne pas me laisser reprendre au piège avec Piotr. Aussi, je montais plus haut dans les branches de l'arbre. Je jetais fréquemment maintenant des regards derrière moi. Honnêtement, je commençais à geler, j'avais l'impression que la température baissait de minutes en minutes. Mais je n'avais pas le droit de bouger. Trop bouger signer mon "arrêt de mort". Si je me faisais attraper s'en était fait de la stratégie de mon chef. J'émis une prière à l'adresse de Kyra. Pourvu que tout aller bien de son côté et qu'elle avait la mallette ! J'avais envie de manger. Et de supplier Gordon de me donner un comprimé anti-douleur. Sinon je n'allais pas pouvoir rentrer à CHERUB. Tant pis pour ma fierté, mais marché avec une entorse réveillé, c'était hors de question. Je n'avais pas envie de finir ce stage sur les rotules. Mais je me promis d'aller voir le nouveau médecin du campus à mon retour. Je me tendis de nouveau en entendant du mouvement. Là ! Un gris, pas de mon équipe. Je ne savait pas qui il était, mais il allait se prendre une balle de paintball quand même. Il courrait. Je respirais à fond et tirais. Ce crétin avait bougé et ma balle au lieu de le frapper dans l'épaule avait touché l'arbre derrière lui Hey ! C'était pas ma faute ! Il n'avait pas qu'à courir aussi. Il ne se retourna même pas. Je sifflais entre mes dents déçue de ma performance. Avant de descendre après son départ de l'arbre. Je ne pouvais plus rester immobile, c'était plus possible. J'avais beaucoup trop froid. Je grimaçais quand je posais mon pied au sol, mais ne dis rien. Je regardais mon chargeur. J'avais encore pas mal de cartouches. Largement assez pour faire ce que je voulais.

Je boitais lentement dans les bois en comptant mentalement. J'étais à deux personnes personnes touchées. On était presque vingt participants. Dix étaient dans mon équipe en me comptant. Dans l'autre équipe ils étaient neuf. J'avais donc eu un quart d'équipe. C'était pas du tout assez ! Mais j'ignorais les résultats des autres. Mais je devais aider mon équipe. Je voulais gagner. A tout prix ! Je grinçais des dents en écoutant les bruits autour de moi. J'entendis des craquements de brindilles. Un garçon surgit en face de moi dans un bosquet, je me jetais dans un buissons juste à temps. Il posa son regard sur mon buissons. Vite, vite, vite réfléchis Ambre ! Éloigne ! Il vient vers toi ! Mon regard tomba sur un bout de bois. Je l'attrapais et le lançais vers ma droite au ras du sol. Il tomba au sol et le gris tourna la tête. Il se précipita dans la direction. je me relevais lentement les mains tremblantes. Un peu plus et j'aurais été attrapé.

Je repartis aussitôt en boitant. Je crispais mes mains sur mon arme en regardant autour de moi en tension. J'avais l'impression d'être replongé dans un espèce de jeux que je faisais plus jeune avec Axel. Sur un terrain nettement moins grand, mais avec beaucoup plus de cachettes. En l'occurrence : la maison de mes parents. Je ne vous explique pas les dégâts. Mais c'était drôle. Me déplacer me tenait chaud, et honnêtement, je sentais même des gouttes de sueur me coulait sur le visage. Mais ça s'était plus dû à la tentions qu'à autre chose. Je devais faire attention à mes déplacements pour ne pas faire de bruit tout en maintenant mes sens en alerte. J'allais finir rapidement à bout de nerfs moi. Je me mis rapidement à genoux dans un buisson dense et plaçais mon œil dans le viseur de mon arme. J'avais entendu du bruit devant moi. Si seulement, c'était Piotr ! Non, c'était un membre de mon équipe. Paul je crois. Je me relevais lentement en lui faisant signe. Il me reconnut et s'approcha. L'autre équipe avait eut la mallette et notre équipe, c'était mit en chasse. Il m'informa qu’apparemment, on l'avait récupéré. Du moins aux dernières nouvelles. Il était venu sur ordre du noir pour me chercher ainsi que Kyra qu'il avait déjà récupérer. Il m’ébouriffa les cheveux en apprenant le nombre de personnes que j'avais eux. Il était étonné que je me sois aussi bien débrouillée. Je ne dis rien au sujet de mon apprentissage des armes à feu. On allait éviter de me pourrir ma réputation. Déjà, je sentais que j'allais ne prendre pour mon grade avec ceux que j'avais eux. Le garçon m'indiqua la direction pour retourner vers la base. Autant que je parte en avance au vu de ma cheville. Au moins, je serais en avance et je n'aurais aucune difficulté pour revenir au cas où. Il repartit rapidement et moi, je m'avançais vers la direction du camp aussi rapidement que je pouvais. Je m'installais proche du camp, dans un buisson et attendis avec impatience la suite des événements. Du coin de l'œil, je vis Maxwell torturé ceux que j'avais éliminés. Je me sentis presque coupable de leur avoir infligé ça. Presque. Je voulais gagner. C'était tout. Point à la ligne.

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Itô!


Dernière édition par Ambre Ashton le Jeu 5 Mai - 12:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyra Dalton
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 28/09/2015
Localisation : Mon lit

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 10 ans
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions:
No Care

MessageSujet: Re: Stage de Remise en Forme   Dim 1 Mai - 23:26

Je pouvais à présent confirmer que les ratons laveurs étaient lents en Hiver. Par contre Paul ne l'était pas du tout, je pouvais même dire que la neige s'évaporait sous ses pas tant il était furieux contre moi. J'osais perdre mon temps alors que la mallette avait été repéré et prise par l'ennemi. Heureusement qu'on avait des agents qualifiés dans le tas, selon lui. N'étant pas encore une agent, je ne me sentais pas concernée. Cependant, je ne le contredisais pas et baissais même la tête, fautive. Au fond, ça ne me blessait pas qu'il m'inclut dans le tas, même s'il l'avait fait involontairement dans la précipitation, ça me rassurait même et me donnait envie de continuer le jeu. Ce qu'il fit en me tendant son fusil de paintball. Pas aussi lourd qu'une vraie arme, cependant, ce n'était pas de la gnognotte. Je devais à présent couvrir ceux qui avaient la mallette -Paul ramènerait Timmy en attendant, autant dire qu'il fallait me dépêcher.

C'est donc avec le fusil dans les mains que je courus sans faire attention à ma discrétion, pas de temps à perdre! Si notre équipe avait la mallette, nos adversaires allaient tout faire pour la récupérer au dernier moment. Du moins c'est ce que j'aurais fait, attendre que l'ennemi fatigue à porter ce poids supplémentaire puis foncer, récupérer la mallette et piquer un sprint jusqu'au campement. Un peu comme ce que je faisais à l'instant, sauf que je n'allais pas directement au campement: je cherchais le porteur de valise. Les arbres défilaient sous mes yeux mais heureusement pour moi, peu de traces arpentaient ces lieux, celles que je suivais étaient les miennes, ce fut après que la chose se corsa. L'endroit de la première confrontation, le sol était saccagé au point que de la boue se mêlait à la neige par ci par là, malgré cela, je retrouvai mon chemin grace aux arbres, surtout celui que j'avais ravagé en lui arrachant des branches. Le souffle court, je continuais ma route, surveillant plus attentivement les environs. Au bout d'un moment, j'aperçus Ambre tirer sur un T-shirt gris à ma gauche qui courait dans la même direction que moi. Simple hasard ou elle faisait parti des adversaires qui coursaient ceux ayant la mallette? Autant ne pas récolter d'avantage les foudres de Paul en omettant ce genre de détails. Je tournai donc à gauche quand mon pied buta dans une racine camouflée, m'expédiant la tête la première dans la neige. Je grimaçais et toussais en m'asseyant, haletante, je crevais de chaud avec mon manteau et j'étais tombée de tout mon poids sur le fusil, autant dire que ça ne m'avait pas fait du bien... Mais pas le temps de faire une pause, je devais retrouver les autres. Malgré mes tendances frileuses, j'otai mon vêtement chaud, j'étouffais là dessous et j'avais l'impression d'être gauche. Je me relevais en testant ma cheville qui semblait intacte et repartais sans tarder. Les filles avaient disparu, sans doute parties vaquer à leurs roles, mais leurs traces étaient encore fraiches. Celles d'Ambre avait un coté plus enfoncé que l'autre, elle boitait donc, la Grise par contre n'allait pas directement vers elle, c'était plutot l'inverse, pourtant, Ambre était pile droit devant le campement à ce moment là si je ne me trompe pas. Il y avait du sang aussi, quelques gouttes, sur la neige qu'avait piétiné l'adversaire. Il y avait donc eu lutte pour récupérer la mallette? Et à présent il y avait une course poursuite. Mon cerveau carburait malgré la faim et le froid, je ne sentais plus mes doigts sur le métal glacé... Pas de temps à perdre, nous avions eu un ennemi et Ambre aussi, donc nos amis pouvaient être submergés par sept agents. Sachant que nous étions quatre présents dans la zone, ils pouvaient être donc six à protéger la mallette, sauf si on en retirait deux car l'adversaire avait dû en toucher de notre coté, donc ils étaient quatre... Et le camps adverse avaient aussi un fusil, les chances étaient minces de s'en sortir seuls. Le froid qui me faisait frissonner malgré le feu qui brulait mes poumons décida pour moi. Je partis dans la même direction qu'avait pris l'agent blessée, peinant à aller le plus vite possible. Des bruits de lutte attira mon attention droit devant moi: deux groupes se battaient, il y avait de la peinture un peu partout mais contrairement à ce que je pensais, les équipes étaient plutot à forces égales. Ambre avait fait du bon boulot on dirait! Mais pas de temps à perdre, il fallait gagner et l'ennemi avait un fusil contre nous, le deuxième sniper était dans un arbre plus loin. Je ne cherchais pas à savoir comment la situation avait pu dégénéré en bagarre de cour de récré, je n'avais pas le temps à vrai dire. Ma première cible fut le sniper, trop dangereux pour nous, je pouvais voir avec les traces de pas sortant du bourbier qu'elle avait touché un des notres. Ma balle de peinture atteignit son pied, tachant sa chaussure de rouge. Je ne pus me faire de commentaires intérieures sur ma visée passable, un cri attira mon attention. Le noir qui nous servait de chef de groupe courait droit vers la mallette. Il avait dû la jeter, ou un autre, pendant la bagarre. Son voisin prit en main son adversaire mais un blond parvint à passer. Hors de question de laisser Piotr nous voler la victoire! Préférant ne pas toucher mon allié, je courus moi aussi vers l'objectif. Je vis un T-shirt gris se faire aplatir par terre par son adversaire qui me fonça droit dessus sans réfléchir, de la même façon, je lui envoyai le fusil dans le nez, j'entendis un petit craquement sec mais ne perdis pas de temps à m'excuser. Il m'avait fait peur l'abruti et ce n'était clairement pas le moment de s'arrêter. Notre leader avait assez d'avance mais Piotr le rattrapait. Je ne suis pas spécialement fan de rugby mais j'en avais assez fait pour savoir que ce que j'allais faire était tout sauf intelligent, mais une fois de plus, je n'avais pas le choix. Et puis zut! Battre Piotr valait bien tout les dangers du monde! D'une ultime poussée sur mes jambes, je l'agrippais au maillot, basculant en avant. Il n'y avait pas besoin d'être plus lourd que l'autre pour le faire tomber, j'avais compris cela en regardant des matchs de rugby et de sumos, généralement, le plus léger gagnait. Par contre, je ne m'attendais pas spécialement à ce que Piotr m'écrase par terre, me donnant un coup de genou dans le ventre puis un coup de pied avant que je ne touche le sol. L'air sortit de mes poumons et j'avalai de travers ma salive, toussant et crachant tout ce que j'avais. Puis j'entendis des cris de joie et des jurons alors qu'on me soulevait: je compris à cet instant que nous avions réussi, la mallette était dans le campement et c'était notre chef qui l'avait apporté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piotr J Kozar
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 03/10/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 12 ans (11 novembre)
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 01
Heard Of You

MessageSujet: Re: Stage de Remise en Forme   Jeu 5 Mai - 11:32

Piotr suivait difficilement Théo et l'agile. Son poignet lui faisait un mal de chien, mais il avançait. Le trio se dirigeait au pas de course vers le camp. Ils étaient impatients, vraiment impatients. Ils se savaient en infériorité numérique. Alors ils prenaient des risques pour avancer plus vite. Ils ne réfléchissaient pas à grand-chose, ils n'avaient qu'une idée fixe en tête atteindre le camp. Alors ils couraient, se laissant entrainer petit à petit vers l'absence de la reconnaissance de la douleur. Piotr passa le cap de la douleur rapidement, après tout il ne sentait plus rien dans son bras et sa mâchoire le lançait. Saleté de judoka, son coup avait vraiment porté. Mais tout cela n'était pas des raisons pour s'arrêter, alors il avançait sans se plaindre.

Le trio avançait rapidement, à n'en pas douter. Et pour le moment il semblait que personne ne les avaient pas repérés. Alors ils accéléraient encore le pas. Personne ne faisait attention aux bruits qu'ils pouvaient émettre. Ils en avaient rien à faire, le plus important était d'arriver au camp et vite. Un adversaire arriva. Le trio l’ignora et continua sa route. Pas le temps de s’occuper d’un seul gens. Alors il continuait, mais le gars entama le combat avec Théo et le noir chef d’’équipe débarqua rapidement suivi de Kyra. Alors, l’affrontement à proprement dit s’entama. Théo et Piotr tentèrent de laisser une ouverture pour l’agile mais pas moyen. Surtout qu’un quatrième adversaire arrivait par derrière. Ce salaud réussi à récupérer avec une aisance déconcertante la mallette. Peu importe comment l’agile bataillait pour la récupérer, elle échouait. L’ennemi transmit la mallette à son chef qui partit sans demander son reste. Le trio était bloqué, et ils ne pouvaient rien faire. Même s’ils étaient à trois contre trois. Ou plutôt à deux contre trois, puisque mademoiselle l’agile tentait de suivre le noir. Les deux autres savaient que si elle pouvait reprendre la mallette, il ne fallait pas que le noir ait du soutien. Alors ils redoublèrent d’effort pour bloquer les trois autres. Piotr fut impitoyable avec Kyra. Cette saleté lui avait donné un coup de fusil dans le nez, alors tant que l’adrénaline le maintenait conscient il la mit KO en la tabassant presque, après tout il s’arrêta dès qu’elle fut écroulée sur le sol. De plus, une fusée provenant du camp adverse annonça leur victoire. Tant pis. Piotr retrouva Théo et ils rejoignirent leur camp après quelques jurons. Ils retrouvèrent l’agile qui ne cessait de s’excuser.

Une fois au camp, la première chose qui fut faite fut une gueulante de Maxwell. Après, ce fut les soins des menus bobos des agents et des soins un peu plus sérieux pour Piotr, qui avait le nez cassé, un bras dans un sale état, mais pas cassé. Probablement fracturé par contre. Il avait aussi la mâchoire enflée. Autant dire qu’il ne pouvait pas ouvrir la bouche. Alors l’absence de repas, rien à faire. Enfin, tous les agents eurent droit à de l’eau. Zoël était inquiet, il suffisait de le voir s’agiter. Alors Piotr, l’enserra de sa main valide pour lui faire un câlin en lui caressant les cheveux. Le blond se foutait du regard des autres, de toute manière ce n’était pas un secret. Ils passèrent donc le temps du repas collé l’un à l’autre, en silence puisque Piotr ne pouvait pas parler. Gordon lui avait remis le nez en place, mis attèle à son bras et mis de la glace sur sa mâchoire. D’ailleurs le blond était indéniablement le plus blessé.

Piotr écoutait tout de même ce que racontait les gens, le sniper qui racontait comment avant même d’atteindre son poste avait été éliminé par Ambre. Ils avaient probablement le même spot de tir. Il a juste été plus lent, et avec un chemin plus long. L’autre sniper était fier de son coup, puisque l’autre équipe était en trio, il avait pu en éliminer un complet. Par contre plus tard contre le noir, il échoua le carton plein. Mais réussit honorablement à en éliminer deux. Avant de se faire toucher. Enfin, sans l’agile qui était avec lui, et qui l’avait protégé d’un tir ennemi, il n’aurait pas touché le deuxième. L’agile en question fit un sourire en disant « De rien, ce fut un plaisir de me prendre une balle pour toi ». La messagère elle pestait contre elle-même, parce qu’elle s’était faite éliminée par Ambre alors que c’était elle qui avait prévenu les autres de sa position. D’ailleurs Théo la remercia, puisque ça lui avait évité l’élimination. Piotr hocha la tête, parce qu’il avait aussi été sauvé par cette info. La dernière agile ne cessait de s’excuser d’avoir échouer. Mais tout le monde lui disait que ce n’était pas grave, avec quelques rires. Chance lui exhibait sa tâche colorée. Et Théo ne cessait de faire des commentaires. Analyses et études de leur stratégie pour ne pas faire les mêmes erreurs à l’avenir. Ils étaient donc plutôt de bonne humeur, malgré l’échec, l’absence de repas et la longue marche de 8 h qui s’annonçait.

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
#BE0000

Thank you Maku
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoël G. Swayze
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 07/10/2014
Localisation : Avec Piotr

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 11 ans
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 2
Unknown

MessageSujet: Re: Stage de Remise en Forme   Mar 10 Mai - 22:05

Quand on croise Maxwell, on serre les dents pour ne pas lui dire ce qu’on pense. Quand on dit ce qu’on pense à Maxwell, on serre les dents pour retenir les morceaux de vomi. Mais quand on dit ce qu’on pense à Maxwell alors que l’on est en stage d’entrainement et que l’on ne mange pas ou presque, alors il n’y a pas de morceaux à retenir. Pourtant on serre les dents quand même. Pour se focaliser sur autre chose que la douleur, que sur nos pensées.

Si Zoël avait été en possession d’un quelconque objet contendant, il aurait frappé Maxwell avec. Pas bêtement de sorte à se faire bloquer et tabasser ensuite. Méthodiquement. Froidement. Un coup au-dessous des côtes, vers le haut. Ca ne suffirait pas bien sûr. Mais dans sa tête Zoël s’imaginait continuer. Transformer le t-shirt noir en passoire. Agrandir les pores de la peau pour laisser s’échapper du sang. Ou plus rapide : un pistolet. Comme Alister. Et s’il avait raison ? Si tous les agents se voilaient la face ? Ils étaient formés pour devenir des parfaits petits tueurs. Capable de survivre dans la forêt et à même d’exploser le crâne d’un être humain à plusieurs centaines de mètres. Et les tueurs n’ont pas à avoir de moral. Etrangement, le gouvernement leur apprenait à être autonomes, à ne pas dépendre d’un gouvernement, d’être des électrons libres, capables du « bien », mais aussi du pire.

La séance de musculation se termina enfin. Zoël avait tenu bon. Difficilement, mais quand même. Il était comme un chien de traineau : Capable de faire deux choses en même temps. Des pompes et vomir pour lui. Si Zoël avait souffert, Piort lui s’était fait roulé dessus. Et pas par un vélo ou un caddie. Par un tank. Le nez, la mâchoire, le bras. Plus rien ne marchait correctement chez lui. Même sa démarche était cassée. Lui qui avait un côté si conquérant dans sa façon de se déplacer. Là il ne ressemblait plus à grand-chose. Il avait perdu de sa superbe. C’était dommage. Au repas (même si tous ne mangèrent pas. Que voulez-vous, les agents de CHERUB sont parfois fines bouches. Ou dans le cas de Piotr ils n’ont pas la possibilité d’ouvrir la bouche pour avaler. Ou tout simplement ils n’ont pas gagnés) Zoël fixa Piotr. Il ne savait pas comment réagir. En effet, le blond, même amoché, restait un symbole de puissance chez les jeunes, et d’insoumission à l’autorité. Il avait un côté leader. Et avoir un autre garçon qui se colle à vous pour lécher vos plaies, ça ne correspond pas à la pensée mondiale. Même si les jeunes étaient tolérants à CHERUB, Zoël n’osait pas s’afficher totalement comme le petit ami de Piotr. Les gens savaient certes, mais le français avait toujours du mal à aller vers son copain dans ces moments-là. Il imaginait toujours le pire : et si le russe le repoussait ?

Ce fut l’inverse. Piotr le pris dans ses bras. Enfin dans son bras valide. Zoël se repu de la chaleur du blond. Il n’avait pas forcément froid, mais le contact lui faisait oublié ce qu’il avait vomi, et ce qu’il ne mangerait pas ce midi. Après le repas, ils démontèrent le camp et s’en allèrent pour huit heures de marche. Les gens, dépités de devoir continuer les efforts, stoppèrent leurs discussions. Enfin ! Se dit le petit français. Ils n’avaient pas arrêté du repas. Et toujours le même sujet : l’exercice ayant eu lieu quelques heures plus tôt. Inventez-vous une vie si la vôtre est aussi vide avait voulu crier Zoël. Il détestait ça. Comme les élèves qui reparle de chaque question après un examen. Et pourtant Piotr avait participé à la conversation. Zoël lui s’était tu.

Les chaussures lourdes, les jambes pleines de cailloux, tous souffraient. Sauf peut-être Maxwell et Gordon. Et encore, s’ils ne souffraient de douleurs physiques, ils devaient souffrir d’ennui. Parce que la marche était tout sauf passionnante. C’est probablement pourquoi le rouquin passait son temps à crier sur tout le monde. Pour rester éveiller. Au moins en rentrant ils pourraient s’allonger dans un vrai lit. Zoël n’espérait même pas rentrer à l’heure pour manger. Il voyait bien Gordon regarder sa montre avant de choisir tel ou tel direction. Il devait probablement adapter le parcours pour s’assurer que la cantine soit fermée à leur retour. Zoël regarda autour. Au moins il avait découvert des gens. Les deux rouges tenaient bon dans la marche. Elles étaient épuisées, mais souriaient de plus en plus au fur et à mesure que les heures défilaient. Elles étaient fières d’elles. D’avoir tenu bon jusqu’au bout. Le nouveau Zoël, celui revenu de sa mission n’avait qu’une seule envie : leur annoncer que ce n’était rien là, et qu’elles ne tiendraient jamais le PEI. Ils les auraient fait douter, et leur aurait pourri l’expérience.

Il laissa Piotr seul pour se rapprocher des deux jeunes filles. Et chuchota (pour ne pas se faire prendre par les deux chiens de chasses).

« Bravo les filles. Ce n’était pas de tout repos pas vrai ? Et encore, ils ont été sympas avec nous je pense. Vous vous êtes données à fond tout le long, c’est bien. Et vous êtes restées soudées. Vous avez de quoi réussir le PEI. Et j’espère qu’on se croisera en mission après plutôt que lors de ce genre de parcours santé. Allez, profitez bien des dernières heures, ce sont les plus plaisantes. »

Peut-être que l'ancien Zoël n'était pas complètement disparu. Il retourna aux côtés de son petit ami.

« Bon, ça s’est bien passé je crois, pas vrai ? Sympa comme voyage en amoureux mon amour.»

Il explosa de rire et mit un genou à terre. Si le rire est le meilleur des remèdes, il ne guérit pas toutes les douleurs pour autant. Il se releva rapidement pour ne pas se faire décalquer la tête par Gordon ou mieux, Maxwell. Les agents reprenaient tous peu à peu le sourire, et ce malgré les hurlements de Gordon. Le calvaire devait bientôt prendre fin. CHERUB: un voyage inattendu dans la Comté.

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Stage de Remise en Forme   

Revenir en haut Aller en bas
 

Stage de Remise en Forme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Remise en forme
» Remise en forme
» Remise en forme ! [Ouvert à tous]
» Bienvenue dans notre centre de remise en forme [PV Fuchs]
» remise en forme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus RPG :: Section RPG : Le Campus :: Camp d'Entrainement-