Forum RPG dans l'univers de Cherub
 

Partagez | 
 

 Mission : Des enfants du terrorisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Mission : Des enfants du terrorisme   Ven 11 Nov - 16:47


19/01/2014
Campus
17h00

Henry attendait à côté d’une berline noire. Il était habillée décontracté et dans sa valise était ses costumes mieux pour son travail. Il attendait ses agents pour une mission qu’il craignait un peu. Ce n’était pas lui le spécialiste du monde arabe… Mais il n’aurait peut-être pas été capable de gérer les missions urgentes où les agents ont été envoyés en moins d’une semaine. Donc bon, il n’allait pas se plaindre.

Les ados arrivèrent et ce fut le grand départ. Une heure et quelque de route pour aller à Londres. La famille s’engagea dans le parking privé d’un immeuble moderne. Et l’intérieur de l’immeuble était plutôt riche. L’appartement était grand, lumineux et chaleureux. Le contrôleur était passé dans la matinée pour mettre le chauffage en route et remplir le frigo de nourriture hallal. S’ils n’avaient pas déjà commencé un régime plus dans le respect de la charia, ils allaient commencer…

L’appartement était composé de trois chambres, deux salles de bains, d’un grand salon qui sert aussi d’entrée, d’une salle à manger et d’une cuisine neuve. Pour une fois qu’en mission les enfants n’allaient pas se monter dessus juste pour dormir. Le contrôleur laissa ses agents s’installer et lui-même s’installa rapidement. Puis il se mit à faire le repas. C’est-à-dire faire réchauffer un grand plat de pâte soi-disant hallal

Le lendemain, les deux ados iraient au lycée. Les classes avaient peu d’importance pour Maxwell, puisqu’il était déjà trop vieux pour Thomas. Il irait donc dans une classe de dernière année avec le permis. Naomi, quant à elle sera dans la même classe que Thomas. Elle devra donc subir les cours d’une année de moins qu’elle est vraiment.


Dernière édition par Zara Asker le Dim 1 Oct - 15:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Ven 11 Nov - 16:48


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez un mois pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣ Le départ du campus et le trajet
♣ La rentrée avec pour Naomi un contact difficile avec Thomas
♣ Les trois premiers jours sans passage à la mosquée

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 700 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Naomi Estrella
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 03/10/2015
Age : 19
Localisation : CHERUB

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 15 ans 15 mars
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 5
Unknown

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Ven 11 Nov - 19:21


J'étais … Très légèrement nerveuse. OK. J'étais légèrement entrain de devenir dingue et j'avais du lire tout ce que contenait la section sur le monde arabe et les documents sur la religion musulmane. J'en avais passé des nuits blanches à lire, et je m'étais disputé avec mes amis qui depuis une semaine ne m'adressaient plus la parole. Vous parliez d'amis … J'avais même envoyé voir ailleurs une ou deux fois Maxwell … Bien qu'il était revenu par la suite et que finalement j'étais presque allé le voir parce que … J'avais besoin de me détendre … Enfin … Hier soir j'avais faits mon sac où j'avais empilé de quoi faire une vrai extrémiste. Je sentis mon ventre se tordre violemment et j'essuyai d'un geste rageur mes larmes qui menaçaient de couler. Ce n'était pas le moment de pleurer ! J'avais ensuite parlé à ma mère. Enfin … À sa photo plutôt … puis j'étais allé dormir. Enfin essayer …

L'après-midi, j'avais l'air d'un zombie. N'ayant même pas l'envie de paraître aimable j'enfonçai mon casque sur mes oreilles en mettant à fond du métal. Je tirai ma valise dans les couloirs sans rien dire. Je n'avais pas pris de repas de la journée. Je n'avais pas faim du tout ! Si je mangeai … J'allais vomir … Je rangeai ma valise et mon sac dans le coffre avant de m'installer à l'arrière contre la portière la tête contre la vitre. Autant vous dire que je ne lâchai pas un mot durant tout le trajet. Juste des espèces de grognements sourds. Je devais être en train d'imiter le chien ou autre animal grognant. Je levai la tête pour regarder l'immeuble sans lâcher un mot, mon casque sur les oreilles, laissant Henry nous guider. L'immeuble était tout à fait différent de ce que je connaissais de mon enfance mais bon … Je posai mes affaires dans ma chambre rangeant machinalement. Je ne la sentais pas … Mais pas du tout cette putain de mission ! Affaires rangées à leur place et sac de cour prête pour le lendemain. J'ôtai mon casque de musique pour le ranger près de mon lit où je me laissai tomber pour fixer le plafond. Je me levai pour aller manger des pâtes avalant le contenu sans rien remarquer. Enfin … Je chipotai le contenu de mon assiette plus qu'autre chose mais bon … J'avalai quand même quelque chose pour la première fois de la journée. Et après ce « repas » je filai prendre une douche plus que rapide avant d'aller me coucher.

J'ouvris les yeux à cinq heures du matin. Vous savez, ce moment où vous savez que vous ne pouvez plus vous rendormir … Bien … C'était ça pour moi. Je me redressai en grognant avant d'aller vite fait faire une toilette de chat pour commencer à enfiler ma tenue de charia … Je n'avais tellement pas envie de faire ça … Mais bon … Lorsqu'il fut l'heure d'y aller j'avais l'impression d'être une voile de navire noire … Heureusement nous n'étions pas dans la mer Égée. J'avais l'impression d'avoir avalé un parpaing en guise de petit déjeuner. J'avais dans mon sac mon repas de midi cent pour cent halal. Je me massai les tempes avant d'accrocher, derrière mon voile, un sourire. Bon, j'étais dans une classe avec un niveau plus faible et je devais me lier avec Thomas … Merci la simplicité ! J'allais pouvoir me concentrer sur mon rôle et non sur les cours. J'ôtai la couche devant mon visage, et entrai dans la cour avant d'aller dans la classe.

Bon … Les gens avaient l'air sympas et je notai une place libre à côté de Thomas … Non, trop directe. Il y avait une place juste devant lui libre. Mieux. Je m'y installai en regardant autour de moi … Mmh … J'avais intérêt plus à m'approcher de Thomas … Il n'y avait pas de filles comme je devais l'être dans la classe. Merde … Bon … On se calme. Une fois que je me fus présenté j'essayai d’entamer la conversation avec Thomas qui répondit que par des monosyllabes … Euh … OK … Bon … Je retournai à la charge à la pause de dix heures … Non bon … Toujours rien. Au repas de midi je mangeai toute seule en observant Thomas qui visiblement avait un groupe bien à lui avec qui il passait uniquement ses repas … Étaient-ils du lycée ? Mmh.… J’enregistrai l'information sans rien rajouter. J'essayai de revenir plusieurs fois à la charge dans la journée mais il ne se donna même pas la peine de répondre. Sympa … Bon … J'allais tester une autre approche demain.

Le soir je fit un rapport léger avant de faire mes devoirs sans aucun problème. C’était tellement simple … Par contre si à midi j'avais réussi à finir mon repas … Celui du soir ne passa pas du tout mais je marmonnai une vague explication à Henry avant d'aller me coucher. J'avais vu d'autres Musulmanes devant le lycée … J'allais attaquer par là. Ce fut donc ma seconde tentative. Je fus assez bien accueillis mais pas plus. J'écoutai plus qu'autre chose. On ne m'interrogea pas. Mmh … Nouvelle tentative auprès de Thomas qui m'avait vu ce matin en compagnie des filles … Mais pas plus … Rah ! Enfin … Je rejoignais le groupe de voilier à midi pour discuter avec elles. Certaines filles venaient de la même mosquée et seulement deux de celle qui m’intéressait. Bon … Je devais me rapprocher d'elles … C'est ce que je fis avec quelques succès. Bon … C'était un début … Nouveau rapport le soir et un nouveau repas dans les toilettes. Ou en partie. Aucune idée. J'allais me faire un trou dans l'estomac. Enfin … Les filles devaient connaître Thomas puisque le lendemain il commença enfin à me parler avec presque le sourire. Pas trop de questions … des phrases banales. Mais c'était déjà ça ! Je fus d'assez bonne humeur le soir et je gardai tout mon repas pour une fois. Je finis par déclarer

« Oumaïma m'a proposé de venir à la Mosquée. »

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~


Dernière édition par Naomi Estrella le Mer 16 Nov - 6:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxwell A. Tijabi
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 25

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 16 ans/15 septembre
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 12
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Lun 14 Nov - 23:14



Ah, quel beau dimanche... Maxwell avait passé la matinée à la salle de musculation. Ça allait probablement lui manquer durant sa mission. Les hommes prenant soin d'eux n'étaient pas tellement bien vu dans l'islam le plus radical. Cela allait vraiment lui faire drôle. Plus question pour lui de passer une heure sous la douche, de profiter de gel douche et shampoing de luxe, de crèmes de luxe. La veille, il s'était même finalement résolu à se raser la tête. Comment passer pour un con d'extrémiste, un terroriste en devenir, en affichant une coiffure typiquement américaine ? « Débarrassez-vous des cheveux longs des païens et soyez circoncis. » qu'il disait, Mahomet. Enfin, apparemment. Allez savoir. Il aurait dit tellement de choses apparemment.

Il n'aimait vraiment pas sa tête sans ses cheveux. Quatre ans. Quatre ans qu'il avait mit, à avoir ses dread ! Et pouf, plus rien. Ceci expliquait sans doute sa mauvaise humeur. Et c'était pas Naomi qui allait l'aider à la retrouver, la bonne humeur. Elle était dans un état pire que lui. Et pas juste par narcissisme.

Il se rendit dans sa chambre. Il devait faire son sac. Après, repas. Séance de boxe. Puis départ. Il laissa dans son armoire tous ses habits de marque. Et s'ils n'avaient pas reçu de la part de Cherub des vêtements spécifiques pour cette mission, il n'aurait à vrai dire eu aucun habit. Zero, nada. D'un air dégoutté, il empaqueta les tuniques, chemises, pantalons de lin, coton ou autre tissus, quasiment toutes blanches. Adieu le cuir et le jean... Et des keffieh, plein de keffieh. Pour le sport, il abandonna encore ses maillots et shorts moulants. Pire encore, adieu le maillot de bain.

C'était quoi cette culture de la pudeur, hein ? Lui, ce qu'il aimait, c'était être sexy. Il adorait sentir le regard des nanas sur lui, puis choisir laquelle il voudrait baiser avec.

Putain, comment il allait pouvoir chopper une fille dans ces conditions là, hein ?

Ne faisons aucun commentaires sur les réflexions parfaitement narcissiques, égocentriques et sans importances de Maxwell...

Il ne croisa pas Naomi aujourd'hui. Il frappa un moment à sa porte, mais sans réponse, il n'insista pas. Il pouvait quand même plus ou moins comprendre qu'elle avait du mal avec cette mission. Pis apparemment, ses amis l'avaient lâchée, ça devait pas l'aider. Voilà pourquoi fallait juste pas en avoir. Au moins, aucune chance qu'ils vous trahissent. Plus facile quand on a un cœur de pierre.

Fidèle à son habitude, Maxwell arriva à l'heure exacte. Sa partenaire arriva peu de temps après. De pire humeur que lui encore. Le garçon s'installa à l'avant et parla au contrôleur pendant le trajet. Ou plutôt, il se plaignit de long en large que cette mission était vraiment pourrie, puisqu'il aurait pas l'occasion de montrer à quel point il était beau gosse.

Un point positif quand même. L'appartement était d'enfer.

« Et je vais même pas pouvoir ramener de minette ici, c'franchement con. »

Pas de réactions particulières de Naomi ? Tant pis, il essaierait une prochaine fois. Quand Naomi partit se coucher, lui même commença sa traditionnelle séance de musculation. Tant que ça se savait pas trop.... Tant, surtout, qu'on savait pas trop qu'il faisait ça avant pour la satisfaction personnelle d'avoir un corps -en tout modestie- parfait. De toute façon, sa force physique était un atout, et c'était bien la musculation qui lui permettait de la garder. Joindre l'utile à l'agréable.

Première matinée de cours. Une rade pas trop pourrie, sans uniforme. Histoire qu'il se paie bien la honte dans l'espèce de truc tout blanc qu'il portait. Hum, un coup d'oeil à Naomi lui suffit pour relativiser. Il était quand même pas le plus à plaindre.

Bien qu'il est (encore mais plus pour longtemps) que 16 ans, bien qu'il devait normalement aller en première année de A-Level... Cherub avait décidé de le foutre en deuxième année. Notez que ça correspondait à son niveau d'étude actuel du coup. Il avait du choisir trois matières, et avait sélectionné l'arabe et l'informatique, pour lesquels il était parfaitement au niveau, ainsi qu'histoire, à laquelle il connaissait pas grand chose. Mais qu'importe, fallait pas non plus qu'il soit "trop" brillant. Ces trois matières en main, il pouvait prétendre s'intéresser à des études d'Histoire comparative du monde arabe. Une couverture comme une autre.

Mais l'avantage de se faire passer pour un môme de 17 ans était le fait qu'il ait un permis de conduire officiel. Ce qui serait sans aucun doute un plus pour la mission. En plus, il adorait conduire.

Mais comme il s'y attendait, ses cours étaient d'un ennui mortel. Il n'en avait pas tellement. Quand on a plus que trois matières en même temps. Mais beaucoup de devoirs à côté, de trucs à faire. Et comme ils arrivaient en milieu d'année, pleins de trucs à rattraper aussi. Ils avaient convenu pendant la préparation de la mission que Maxwell ne devait pas aller directement chercher la merde. Il devrait être de plus en plus chieur au fur et à mesure qu'il « tombe sous l'influence de Sakouch ». Joie.

On lui ôtait vraiment tous les plaisirs de sa vie d'agent en fait.

Il passa les récréations et les midis de ces premiers jours avec d'autres mecs de sa classe. Ils lui posèrent toute sorte de questions sur d'où il venait, pourquoi il arrivait ici maintenant, et bla bla bla. Maxwell se contenta de déblatérer le strict minimal de leur couverture. Il ne devait pas encore s'opposer à eux, mais il ne pouvait pas leur permettre de se rapprocher de lui. Ils étaient loin de correspondre au profil. Bordel, d'habitude, ces petits saints, ils le fuyaient à toutes jambes. Pas là, évidemment.

Apparemment, le crâne rasé leur fait moins peur que les dreads. Même si ce crâne rasé restait le plus souvent sous l'espèce de truc qu'il avait sur la tête. Ce foutu keffieh.

Il tentait aussi de surveiller du coin de l’œil leur cible. Il était habillé somme toute d'une façon proche de la sienne, même si Mawell continuait de s'attacher au pantalon -les robes, c'était vraiment pas son truc- contrairement à Thomas. C'est vrai qu'ils détonnaient, mais ils étaient une demi douzaine de gars habillés ainsi. Et une demi douzaine de nana à porter toutes ces couches. Même s'il en avait repéré bien d'autres qui se contentaient d'un voile sur leur chevelure.

Naomi avait réussi à se trouver un groupe de copines. Bien. Il devrait aussi s'y mettre non ? C'était ce qu'il se disait au soir du troisième jour. Ou alors, il tomberait sur Naomi et Thomas la prochaine fois, c'était aussi une occasion. N'était-il pas un grand frère protecteur normalement ?



HRP:
 

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Lun 21 Nov - 11:43



Le début fut difficile, il fallait s’y attendre. Mais les deux agents semblaient dans un état relativement faible. Maxwell parce qu’il n’allait pas pouvoir faire son gars sexy, ce qui était en soi pas vraiment un problème. Par contre Naomi était plus inquiétante. Elle mangeait peu et dormait peu. Mais Henry décida de ne pas encore intervenir. Pour le moment, tant que sa condition physique et mentale ne descendait pas trop, ça le ferait. Mais ça changera, plus tard….

Henry prit la nouvelle de l’invitation de Oumaïma comme une bonne chose. Naomi allait pouvoir commencer à entrer dans le système. Mais Maxwell n’y était pas encore. Alors le contrôleur rappela son rôle de grand frère protecteur. Même si, apparemment, il n’avait en fait pas ce besoin-là. L’adulte fit un léger sourire rassurant. Tout allait bien se passer. Sinon, on ferait avorter la mission. Enfin, Henry était persuadé qu’ils réussiraient. Ils avaient le talent et le caractère. Il fallait juste que Naomi se reprenne. Mais il ne pouvait l’aider. C’était à elle de se reprendre et puis Maxwell aidera peut-être.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Lun 21 Nov - 11:43


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez un mois pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣ La fin de la première semaine (4 jours)
♣ Naomi, ta première visite à la mosquée avec Maxwell (sans réelle approche de Sakouch)
♣ Une deuxième visite avec une approche de Maxwell par Sakouch


♦ Je conseille de vous concerter avant pour vos visites à la mosquée

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 700 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Maxwell A. Tijabi
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 25

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 16 ans/15 septembre
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 12
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Mer 4 Jan - 0:40

Si Naomi commençait à se faire connaître au sein de la communauté du coin, ce n'était pas son cas. Il était donc temps pour lui de s'y mettre. Le soir, il en toucha deux mots à Naomi. Le plus simple, puisqu'elle avait déjà quelques contacts, c'était qu'il se greffe dessus. Ainsi, dès le lendemain, il choisit de rester auprès de Naomi jusqu'au début des cours de son adorable petite sœur. Aidé en cela que lui même ne prenait que l'après midi. Il allait avoir une excellente raison d'être avec elle le matin et lors des différentes pauses.

Le matin, justement, il fit connaissance avec cette fameuse Oumaïma. Sourire ravageur -il ne pouvait pas s'en empêcher- et quelques mots échangés, en arabe. Des politesses sans plus. Il confirma pour Naomi qu'ils seraient tous les deux là vendredi midi, pour la prière à la mosquée. Il demanda aussi à la jeune fille qui l'accompagnait. Pour les extrémistes, les femmes n'étaient pas censées aller seules à la Mosquée. Oumaïma lui répondit très simplement qu'ils y allaient en famille. Le papa, la maman et le petit frère.

Naomi avait une pause à dix heures, avant le cours de sports. Maxwell sortit de la bibliothèque de l'établissement pour la retrouver juste avant. De plus, il jouerait les grands frères protecteurs en la suivant pendant ce cours très... Particulier. Tendu surtout. Naomi allait enfin pouvoir quitter ses voiles pour une tenue de sport, même si celle ci ne devait guère ressembler à ce qu'elle pouvait porter d'ordinaire.

Il la retrouva au milieu des filles. Il les salua une à une. Un bonjour, un mouvement de tête, aucun contact. A le faire rager. Même s'il était persuadé d'en avoir vu une rougir. Comme quoi, même sans cheveux, il restait sexy. Toujours pas de Thomas en vue. Il quitta Naomi non sans lui rappeler qu'elle devrait faire attention en sport. Un message à double sens. La Naomi qu'elle jouait devait faire attention à ne pas attirer le regard des hommes, à rester pudique et tout le blabla. La véritable Naomi devait aussi prêter attention à tout cela, non pour respecter cette version tordue de la charia mais surtout pour montrer patte blanche à Thomas. De plus, elle allait certainement devoir mettre un frein sur ses capacités physiques.

Pour sa part, il s'installa dans les gradins du gymnase décrépit de l'établissement. Il vit arriver en gros troupeau les mecs. Thomas était à l'écart, il parlait avec un autre gars. Puis une à une les filles. Certaines incroyablement sexy dans leur mini short et haut moulant. Naomi et d'autres terriblement ridicule dans leur T-shirt et pantalons trop grands. Ah, si seulement il pouvait se permettre de mater cette petite blonde là. Non, vraiment ? Pourtant, dieu qu'elle était sexy.

Ils installèrent les équipements. Puis des équipes furent faites, au hasard. S'ils avaient cours ensemble, les filles n'étaient pas avec les garçons. Bien, du volley. Ils pourraient quand même faire un vrai sport, comme du basket-ball, non ? La poisse, c'était chiant à regarder. Il ne quittait pas sa sœur des yeux. Elle s'en sortait bien.

Puis enfin, le cours prit fin. Maxwell se posta devant le vestiaire des filles pour attendre Naomi. Mais ce fut une voix derrière lui qui l’interpella.

« Qu'est ce que tu fais ici ? Pourquoi tu observais comme ça les femmes ? Ce n'est pas ce que Mahomet nous enseigna. »

Il se tourna pour voir qui lui parlait. Thomas et son ami. Hum. Il les salua d'un mouvement de tête.

« Je veille sur ma sœur. J'avais entendu dire que les cours de sports étaient mixtes dans ce lycée, contrairement au notre, au Caire. Mais ça a l'air moins grave que ce que pensais. »

Hum, vu leur tête, ils n'étaient pas convaincu. Il avança quand même sa main pour se présenter.

« Maxwell Williamson. »

Son nom de famille en revanche fit réagir Thomas. Il devait avoir reconnu celui de Naomi.

« Thomas Smith. Tu es le frère de Naomi Williamson ? »

Il se contenta de hocher la tête. Ils échangèrent encore quelques mots. Sur la mosquée la plus proche, sur l'imam de la dite mosquée... La porte s'ouvrant, il se retourna pour voir qui sortait. Naomi et une amie à elle. Il sourit à sa sœur le plus naturellement au monde.

« On mange ensemble ce midi. Cela fait longtemps. Et puis, j'ai eu des nouvelles de Saïd et Arif. »

Soit le petit code pour dire qu'ils avaient à échanger sur la mission, rien que tous les deux. Naomi hocha de la tête et quitta ses amies. Pour la peine, Maxwell choisit de l'emmener dans un kebab, certifié viande hallal. Il grimaça à la vue des adolescents "infidèles" qui envahissaient ce petit restaurant de mal-bouffe. Il songea un instant que s'ils pouvaient encore se permettre ce genre de choses, ça allait pas durer. Là, ils pouvaient jouer les deux gamins qui découvrent. Innocents. Mais Sakouch allait certainement le leur interdire.

Maxwell rapporta sa conversation avec Thomas. Deux choses en ressortaient : premièrement, il avait quand même bien remarqué Naomi. Et il devait tenir à quelques filles dans le groupe. Sinon, il n'aurait certainement pas adressé ainsi la parole à Maxwell. Ensuite. Ils avaient maintenant toute légitimité pour aller à la mosquée. Ils en avaient parlé avec Maxwell et donc Thomas, proche de Sakouch, trouvera leur arrivée parfaitement normal. Ça en plus de l'invitation de la demoiselle au nom à coucher dehors.

Le reste de la journée se déroula sans embrouille. A la sortie du lycée, Maxwell adressa un signe de tête à Thomas avant de récupérer Naomi, histoire qu'ils rentrent ensemble. Les jours suivants ne virent pas vraiment d'autres changements, de son côté néanmoins. Il tâchait simplement d'être le plus possible présent aux côtés de sa sœur. Surtout, oui surtout, quand elle parlait à des hommes. Quand elle n'était qu'avec d'autres filles, il restait plus en retrait. Cela le fit à nouveau échanger avec Thomas, mais jamais rien de bien significatif. Ce n'était pas grave. Ils avaient tout le temps qu'il leur faudrait.

Le lendemain. Vendredi. Jour de la prière. Bien sûr, normalement, il y a cinq prières à faire par jour -et Maxwell n'en faisait pas la moitié, pas vu pas prit- mais celle ci était particulièrement importante. Il ne savait même plus pourquoi. Bref, cette fois ci, c’était la prière obligée à la mosquée. Normalement, rien n’oblige jamais les fidèles à prier en groupe. Mais il était recommandé de faire celle ci ensemble. Alors, ils allaient respecter la tradition. Surtout que c’était dans leur mission. Se rapprocher des membres de cette mosquée et de son imam.

Il sortit du lycée avec Naomi. Il repéra rapidement Thomas et son ami. Il apprit à cette occasion qu’il s’appelait Assaf. Ils eurent l’occasion de marcher ensemble jusqu’à la mosquée. Histoire d’échanger quelques politesses à nouveau. Maxwell ne voulait pas aller plus loin. Ils avaient vu avec Naomi que plusieurs intégristes étaient formés à approcher les jeunes. Ils connaissaient donc les techniques que les agents de Cherub utilisaient. C’était les mêmes. Pour peu que l’un des deux le soient. Ou un proche. Ils avaient été briefés à ce sujet.

Ils arrivèrent vite à la mosquée. Thomas indiqua alors aux deux nouveaux arrivants un groupe de femmes. Le message était clair. C’était là que devait se rendre Naomi. Maxwell prit un malin plaisir à jouer encore un peu au grand frère protecteur. Replacer légèrement le voile, donner quelques conseils. Il hésita même à aller jusqu’au p’tit bisou sur le front. Puis il s’éloigna. Tiens, Thomas l’avait attendu, trop aimable. Il le remercia d’un hochement de tête puis s’avança.

Ce qui tenait lieu de mosquée était en fait une grande salle en préfabriqué. Le coin des femmes était séparé du reste de la salle par quelques paravents. L’imam était sur un empilement de blocs couverts d’un tissu. Au moins, c’était propre. Les tapis à terre étaient entretenus. Des rideaux aux fenêtres donnaient une petite impression d’intimité. C’était pas la joie. Vraiment. Mais la salle était bondée. Maxwell faisait mine de découvrir tout ceci avec effarement. Il passe des splendides mosquées du Caire à ce truc. Forcément, ça devait le choquer. Par respect pour les lieux, il se tut. Ou plutôt, pour faire croire à un certain respect. Lui, il en avait rien à carrer, point.

La prière se déroula plutôt bien. Maxwell était bien content d’avoir réviser la veille, car tous ces trucs, c’était d’un compliqué. Une psalmodie longue. Et chiante. Il ne fit pas une erreur, heureusement. Car il avait Thomas à droite et Assaf à gauche. Et bien sûr, toutes les prosternations. Rahhh comme il détestait ça, de devoir se prosterner ! Il était Maxwell bordel ! C’était les autres qui se prosternaient devant lui.

Mais le temps le plus important dans tout ça, c’est juste après la prière. Maxwell devait se mêler aux autres, parler. Et pour parler, il avait un sujet tout trouvé. Il allait jouer sur le côté fraîchement débarqué du Caire. Il causa ainsi à deux jeunes adultes -enfin, ils devaient être majeurs, mais ils étaient plus petits que lui- puis un petit groupe se forma autour d’eux. Le jeune homme décrivit plusieurs merveilles architecturales du coin, dont la mosquée d’Al-Azar. Il lui fut expliqué en retour qu’ici, le gouvernement ne participait pas au financement des mosquées. Ni rien de ce qui touchait au culte musulman. Ici, la religion d’état, c’était cette hérésie, l’anglicanisme. Que eux, ils avaient tous les sous qu’ils voulaient. Mais les musulmans de Londres devaient se contenter pour la plupart de ces petites salles qu’ils achetaient parfois eux même. Et bien sûr, chacun avait son avis là dessus. Maxwell adopta une position proche de celle de Thomas. Mais un brin plus modérée. Pour leur cible, il fallait aller vandaliser les églises anglicanes en guise de protestation. Facile de le calmer. C’était de la connerie pure.

Il fut interrompu par Naomi. Ou plutôt, Thomas lui signifia que Naomi approchait, puisqu’il lui tournait le dos. Alors, Maxwell échangea une poignée de mains avec les hommes réunis autour de lui, puis fila rejoindre sa petite sœur. Une fois seuls, ils échangèrent sur leurs premières impressions de la mosquée. Miteuse.

Puis le week-end arriva. Maxwell et Naomi choisirent tous les deux de ne pas se rendre à la mosquée, restant cohérent avec un père qui veut les éloigner un peu de ce genre d’endroits. Ils auraient peut être quelques comptes à rendre à Thomas, mais justement. Cela les ferait parler. Les jeunes se faisant radicaliser sont des jeunes en perte de repères. Un père les obligeant à renier leurs origines était un excellent départ, prévu depuis le départ par Cherub. En plus, au contraire de Naomi, le noir n’avait noué aucune amitié. Aussi, Maxwell put s’adonner à ses activités préférées : jeux vidéos, musculation… Et sport de chambre. Autant profiter d’avoir un plan cul à disposition non ? Et plus, Henri était habitué à ses performances maintenant ~


~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Estrella
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 03/10/2015
Age : 19
Localisation : CHERUB

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 15 ans 15 mars
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 5
Unknown

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Mer 4 Jan - 11:32

Mmmh … J'avais bien vu le regard d'Henry sur moi. Et je le comprenais. J'avais intérêt à me remettre dans de bonnes conditions pour la mission. Du coup, je commençais tranquillement à faire de la méditation le matin et le soir. Pour me permettre de me calmer. Et ça marchait plutôt bien. Je dormais et mangeais mieux. Je continuais à me rapprocher d'Oumaïma qui s'occuper très bien de moi et je m’intégrais très bien à la bande des voiles de bateau. Laissez-moi être sarcastique c'est bon pour moi.

J'étais quand même soulagé que Maxwell vienne avec moi pour le cours de sport. Il salua correctement Oumaïma même si je dut lui écraser le pied lorsqu'il commença à sourire. Et la discrétion idiote ! Il confirma notre venue à la mosquée et la jeune fille suite à sa question répondit qu'elle y aller avec sa famille. Alors qu'on montait en cours, elle me dit que mon frère était drôle mais qu'il n'avait pas l'air méchant. Je ne la contredis pas le moins du monde. Affirmant même qu'il était très gentil avec tout le monde et qu'il veillait parfaitement sur moi. Oumaïma me sourit et répliqua que j'avais de la chance puisque c’était à elle de veiller sur son petit frère. Je la saluai avant d'entrer dans ma classe. Thomas me salua et je m'installai à ma place.

Dix heures et le cours de sport. Max me rejoint alors que j'étais avec mon groupe « d'amies ». Il resta en retrait pendant qu'on discutait toutes ensemble. Elles me firent remarquer qu'il était très bien comme grand frère, ce que j'appuyai particulièrement juste après qu'il m'ait dit de faire attention. Pour les autres filles c'était à cause des garçons et autres. Pour moi, cela voulait dire mettre un frein à mes capacités. Pitié tout mais pas de la course à pied, je ne serais pas me retenir ! Mon jogging avait plus l'air d'un sac à patates avec sa taille deux fois trop grande et pareille avec mon haut à manches longues. Mes cheveux étaient retenus en un lourd chignon. Histoire qu'ils ne me gênent pas mais aussi simplement parce que sous le voile c’était logique. Le plus dur était de tout plier dans les casiers. Mes camarades et moi eûmes le droit à des remarques de la part des « infidèles ». Elles auraient dû voir ma tenue de sport habituelle tiens … C'était moulant à souhait ou avec mon kimono … Ah … Enfin … Aucune des autres ne garda ses gants. Bonne nouvelle. Je les imitai et observais le grand gymnase. Des gradins avec mon grand frère adoré dedans. Volley … En équipe non mixte. Bien ! Un souci en moins ! Bon … Au vu du frein que j'imposais à mes compétences et le niveau globale de mon équipe, on se fit rétamer allègrement sous des quolibets plus ou moins discrets.

Enfin … Après deux heures de torture puisque je devais me retenir en permanence, même si je me permis quelques coups, que je qualifiais de chance, je sortis après avoir remis mes voiles avec Jala. Maxwell était avec Thomas … Non, visiblement cela se passait bien. Ils se serraient la main et mon grand frère me sourit en déclarant qu'on mangeait ensemble. Avec le code pour parler de la mission. Je souris  et hochai la tête avant de me tourner vers Jala

« Je suis désolée ! Je mangerais avec vous demain. Saïd et Afir sont des amis à nous du Cair.
- Pas de soucis ! Profite de ton frère ! »

Je lui souris avant de filer avec Maxwell. Une fois un peu loin je soupirai de soulagement. Enfin un repas sans prière ! Ah ! Un Kebab, parfait ! En attendant nos commandes je l'écoutai avec attention en ôtant en partie le voile devant ma bouche et mes gants pour manger tranquillement. J’espérai juste que Thomas me connaisse par une des filles du groupe. Et pas pour autre chose … Quoi ? Je savais comment cela fonctionnait !

Pas d'embrouille le reste de la journée avec un Maxwell présent près de moi. Ce qui était parfait pour que je puisse me détendre un peu. Le vendredi arriva. Et avec la mosquée. Je n'y étais pas allé depuis que j'avais huit ans. Thomas nous y mena et j'observai la salle miteuse sans rien dire. Petite … Trop pour le nombre de fidèles qui s'y pressait. Le coin des femmes … Ah oui … Je devais y aller. Dans les synagogues, j'y étais allé quelquefois, les femmes étaient souvent au-dessus des hommes. Maxwell joua le grand frère adorable en me donnant conseils, recommandations et en replaçant l'un de mes voiles. Oumaïma me fit signe de s'installer près d'elle et sa mère Nima qui me sourit sous ses voiles. Nous étions nombreuses, mais une des filles m'intrigua. Elle était entourée visiblement de sa mère et de sa sœur. Qui toutes les deux la regardaient sévèrement. Et elle avait le regard triste ! Nada … Une des filles d'une des familles proches de l'imam. Elle avait l'air complètement … perdue … C'était le mot. La prière commença. J'avais révisé avec Maxwell mais des restes de ma mère me revenais. Mmh … Aucune différence. À la fin de la prière je restai un peu en retrait en écoutant les conversations. D'accord … À part moi et une ou deux jeunes filles nouvelles ou trop jeunes, presque toutes étaient fiancées. Intrigant … Nada n'était pas fiancée. Pas de prétendants assez bien. Nada leva les yeux au ciel. Oh … Étrange … Elle n'était pas comme les autres. La discussion dériva sur l'état de la mosquée et je pris part à la conversation m’étonnant de l'état de la mosquée où nous étions. Cette fois … C'était les Juifs qui étaient en cause. Je me crispai mais ne dis rien. C'était inutile. Ah ! Le célèbre complot de destruction massive des musulmans par les Juifs … J'étais d'accord que la situation en Israël n'était pas le top, elle était même catastrophique. Mais … Tous les Juifs ne voulaient pas la destruction des musulmans ! Naomi ( première du nom ) et sa famille voulaient juste la paix ! Enfin …

Je me levai et retournai vers mon frère quand les femmes commencèrent à se disperser. Il valait mieux oui. Avant que je m’énerve. Une fois loin je grognais quelques impressions très négatives sur l'état d'esprit de la mosquée et son intérieur. Miteux les deux.

Pas de mosquée samedi … Mais une après-midi avec Oumaïma sur des devoirs. Elle me demanda pourquoi je n'étais pas venue avec mon frère le samedi. L'explication la mit en colère contre mon père et elle me plaint du fond du cœur. Parfait ! Continue tu vas dans mon sens ! J'en rajoutai en déclarant que nous avions quitté le Caire comme des voleurs et que nous avions à peine pus dire au revoir à nos amis. Pourtant le soir je pus faire une séance de combat léger avec notre contrôleur et après le repas je rejoignis tranquillement Maxwell dans sa chambre.  Quoi ? Je me détendais comme je le pouvais ! Dimanche je refusai d'aller voir Jala à cause de mon « père » pour passer une journée à faire du sport, lire, et écouter du métal avant de retourner voir Maxwell. Un peu de liberté … Seulement ça ! Je profitai donc librement des bras de Maxwell avant de retourner dans ma chambre.

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Sam 25 Fév - 14:56



La suite de la semaine se passa doucement. Henry observait ses agents avec douceur. Il ne voulait surtout pas les pressés. Il admira le comportement de ses agents. Naomi se remettait tranquillement et Maxwell se débrouillait bien en grand frère protecteur, malgré son sale caractère. Enfin,  il était du genre à tout faire pour réussir une mission.  Il avait tout de même sacrifié son côté beau gosse au sang chaud pour faire un frère relativement discret et bienveillant.

Ainsi, la mission démarrait bien. Thomas observait Naomi et Maxwell, interagissant rarement avec eux. Mais c’était pour le mieux, il fallait y aller doucement. De plus c’était plus à l’imam de faire bouger ses pions sur l’échiquier. Il devait déjà avoir remarqué les deux jeunes venus à la mosquée sans parents. Alors il allait peut-être pas trop tarder à commencer une approche. Peut-être encore une semaine d’observation et surtout de recherche sur ce que les agents disent. Donc des recherche sur lui. C’est pourquoi il pris la peine de sortir le samedi dans l’après-midi pour passer devant la mosquée miteuse et lâcher un commentaire réprobateur sur les musulmans. Rien de bien méchant, juste faire remarquer que la mosquée était d’un misérable, ce qui démontrait l’impuissance de cette religion. Mais sa remarque suffit à attirer l’attention des personnes environnantes. Il continua son chemin rentrant à l’appartement en se mêlant le plus possible à la foule. Il pénétra l’appartement satisfait de son action.

Henry fut surpris de la requête de Naomi, mais l’accepta. Dans le salon, volets clos et meubles dégagés, le quadragénaire affronta l’adolescente. Enfin, ce n’était qu’un combat d’entraînement comme lui n’en faisant presque plus et comme elle en faisant régulièrement au campus… Mais cela détendait. Le soir, après le repas, il quitta à nouveau l’appartement pour aller boire un verre dans un bar pas trop loin. Les deux adolescents étaient suffisamment vieux pour ça. Alors autant les laisser tranquille.  Le dimanche passa à une vitesse folle, faut dire que le contrôleur s’était trouvé un camarade de boisson et avait donc peut être un peu exagéré. Mais bon, c’était pas comme si cela importait, il fit tout de même l’intégralité de son boulot sans montrer sa gueule de bois. De toute manière, les agents c’étaient enfermés dans leur bulle personnelle pour décompresser un bon coup avant le lundi matin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Sam 25 Fév - 14:56


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez un mois pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣ La seconde semaine (week end inclus)
♣ Naomi, tu peux essayer de revoir Nada ou au moins de développer qui elle est (au choix)
♣ Maxwell, une possible rencontre avec l’imam (mais pas seul à seul, accompagné d’autres garçons avec ou sans Thomas)

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 700 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Naomi Estrella
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 03/10/2015
Age : 19
Localisation : CHERUB

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 15 ans 15 mars
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 5
Unknown

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Lun 27 Fév - 9:49

Je bâillais longuement en m'étirant comme un chat dans mon lit. Et merde … C'était lundi. Déjà que je n’aimais pas les lundis d'habitude … Mais là depuis cette mission c'était encore pire. Je poussais un grognement et repoussais loin les couvertures. Je tressais mes cheveux et les roulais en chignon avant de mettre ma tenue de voile ambulante. Ah … Ce n'était vraiment pas la peine de s'habiller comme ça ! Ma mère était musulmane et ne portait que le voile sur ses cheveux. Bref. Pas le moment de penser à ça. En sortant, je finis de mettre mes voiles. Oumaïma et les autres m'attendaient devant le lycée comme d'habitude. Or discuta allègrement sur mon père qui visiblement était «un tyran sans cœur refusant le salut » puisqu'il m'interdisait la mosquée. Ah ? Et il s'était fait remarquer en critiquant la mosquée. À ces mots je me rependis en excuses devant mes amies de la mission qui secouèrent la tête. C'était inconvenable que cela soit moi qui m'excuse alors que j'étais une bonne croyante pour un infidèle. Même s'il était mon père. Je n'étais pas responsable de ses déviances. Dis ce que tu veux. Mais Naomi continua de s'excuser en promettant d'en parler à son père. Oui, je parle de mon personnage de mission à la troisième personne. Cela m'aidait à garder mon calme et d'être moins touchée par les événements. Comme les remarques ou les insultes. S'il y en avait. Je me tournais donc vers Oumaïma pour lui demander si c’était le cas. Elle hocha la tête en expliquant que les infidèles attaquaient parfois quand l'une des filles de notre groupe était seule. Et quand je désignais les autres jeunes femmes portant un simple voile sur leurs cheveux, elle répliqua que ces infidèles-là n'avaient pas d’ennuis. Bien ! De la tension entre les deux groupes ! Mais bon, visiblement, elles ne nous attaquaient pas. Un groupe de filles voulant nous humilier c'était déjà bien assez.

Je me séparais des jeunes filles pour rentrer en classe et m'assis à ma place. Thomas me salua et s'installa derrière moi. Alors que d'habitude la place à côté de moi était libre, une brune d'un mètre soixante, soit dix centimètres de moins que moi. Et pas qu'au niveau de la taille si vous voulez mon avis. Enfin, ceci n'était pas le propos. Elle me toisa de haut en bas et de bas en haut. J’eus le réflexe de me redresser et de la toiser. Elle étouffa un petit rire et détourna la tête avec un petit air méprisant. Je me retiens de faire claquer ma langue. Ce genre de fille au campus je les cassais en deux. Presque littéralement parlant. Enfin. Le cours commença et je sentis tout de suite qu'avec ma nouvelle voisine cela n'allait pas du tout le faire. Visiblement, elle c'était donné comme tâche de me pourrir la vie : soit en s'étalant sur la table, soit en me faisant bouger ou d'autres petites choses sous la table comme m'écraser le pied. Je restais parfaitement calme et affichais un air de sérénité totale alors que je mourrais d'envie de prendre sa tête et la cogner contre la table jusqu'à ce qu'elle se calme. Maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis cela n'aurait pas été compatible avec mon air de religieuse. Bref. Je rejoignis les autres à la récréation, faisant un petit crochet pour aller voir quelques instants mon grand frère d'amour. Oumaïma me sourit lorsque je reviens et se mit aussitôt à parler avec animation. …… Quoi ?! Ah ! D'accord, elle voulait absolument que je vienne à la mosquée le weekend avec Maxwell et elle avait un plan pour nous faire venir sans problème. Je la remerciais du fond du cœur mais … Non laisse tomber, papa Naomi sera là pour nous empêcher.

Le reste de la journée se passa sans accroc et j'obtiens de bonnes notes aux devoirs que j'avais rendu. Thomas discuta de nouveau un peu avec moi. Il semblait très gentil mais il ne faisait rien au niveau physique qui pouvait laisser penser qu'il avait une idée derrière la tête. J'en toucherais un mot à Maxwell ce soir. Comme au sujet de l'escapade mosquée … Mmmh … À voir ce qu'on faisait  … Réussir nous permettrait d'avoir des points du côté des extrémistes … Oui, il valait mieux réussir, et tant pis pour la détente. Et nous aurions le droit à une punition exemplaire après une ou deux escapades dans ce genre. C'était aussi une tactique. J'en discutais longuement avec Henry le soir avant de faire ma routine du soir.

Il n'eut aucun événement notable de mon côté jusqu'à jeudi : jour du sport. Ça commença déjà dans les vestiaires avec quelques coups bas des filles qui allaient plus à un concours de mode qu'autre chose. Enfin … Je disais ça mais, quand j'étais au campus je portais aussi des hauts moulants, ou autres, plus facile de s’entraîner à la course avec. En combat je portais les tenues réglementaires. Mais aujourd'hui c'était team sac à patates. Je restais très calme en apparence et imitais le comportement méprisant de ma team. Pendant l'échauffement rien d'important mais vu que nous étions en équipe de filles contre filles … La brune de l'autre fois, volleyeuse apparemment. Et elle s'amusait à envoyer des boulets de canons sur mon équipe. Je fixais un instant le prof qui nous tournait le dos, puis le ciel et me maudis légèrement avant de m'interdire de réagir. Par contre j'esquivais le ballon qui m'était destiné. J'avais mes limites quand même ! N'y tenant plus j'attrapais au vol le ballon et attendis quelques secondes avant de le donner à Oumaïma. Je n'avais qu'une envie : faire un smache dans la figure de la brune . Mais ! La mission avant tout. En se changeant de nouveau dans les vestiaires, je compris que visiblement c'était toujours plus ou moins pareil. Génial … Je mourrais maintenant ou j'attendais la fin de la mission. Je rejoignis Maxwell pour le repas du midi, le jeudi midi devenait un point pour discuter à l'abri des regards. Je lui donnais donc les dernières informations que j'avais, notamment pour le plan d'aller à la mosquée pendant le week-end. Le plan était assez …Mmh … Original … Mais bon …

Mais je crois que le pompon sur la Garonne fut le vendredi soir. Jour de la Prière. Nada c'était légèrement déplacé. Elle n'était plus entre sa sœur et sa mère, elle était à gauche de sa mère. Donc un peu plus proche de moi. Je notais ça mentalement mais me concentrer sur mes prières, enfin fit semblant. Alors que je me levais pour aller rejoindre mon frère Nada me barra la route. Je fronçais aussitôt les sourcils. Les groupes d'hommes étaient « loin », et nous étions à l'écart des femmes qui  ne faisaient pas attention à nous.

- Comment tu t'appelle ?
- Je m'appelle Naomi
- C'est un prénom juif.
- Je ne sais pas.
- Ce n'était pas une question.
- Et toi, comment tu t'appelle ?
- Nada. Mais tu le sais.
- Oui.
- Ton prénom n'est pas banal pour une musulmane.
- Je ne l'ai pas choisis.
- Moi non plus. Mais on ne donne jamais un prénom au hasard à un enfant.

J'allais répliquer avec la litanie habituelle sur dieu et compagnie mais elle me fixait droit dans les yeux et m'empêcha de parler.

- Dieu n'y est pour rien là dedans.
- Pardon ?
- Tu m'as très bien comprise.
- Non.
- Si. Tu es différente des autres.

Et elle me planta là avant d'aller rejoindre sa famille. J'ouvris légèrement la bouche abasourdie avant de rejoindre Maxwell. Une fois hors de la mosquée et loin de tout ça je lui racontais la discussion en lui demandant de voir ce que disaient les hommes de Nada. Elle avait l'air … Perchée … Ou très différentes. Je racontais également ce qui s'était passé à Henry avant de faire ma routine et d'aller me coucher. Le samedi, de retour à la mosquée. Nada restait loin de moi mais je croisais son regard plusieurs fois. Les autres filles m'expliquèrent qu'elle était un peu étrange, et que je n'étais pas la première à qui elle faisait ce genre de remarque. Je posais aussi des questions sur mon nom et je vis les grimaces. Mais on me rassura ! Je pourrais changer de nom si je le désirais ! Comment vous dire d'aller vous faire voir ? Non je peux pas . OK. Tant pis ! Je dis que j'y réfléchirais avant de retourner avec Maxwell. Nous ne pouvions pas trop nous attarder. Puisque nous étions censé être chez nous. Je vis de nouveau Oumaïma l'après-midi pour travailler et le soir je profitais de la présence de Maxwell pour en entraînement au combat et pour la détente. Le dimanche Jala revient mais je dut malheureusement l'éconduire à cause de mon père. Merci Henry de tout prendre ! Je profitais donc de mon dimanche de libre pour travailler mes techniques de combat, mais aussi me détendre dans ma chambre ou non. Ah, à quand la fin de cette mission ?

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxwell A. Tijabi
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 25

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 16 ans/15 septembre
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 12
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Dim 19 Mar - 18:41

Réveil matin. D'un geste rageur, Maxwell envoya bouler son smartphone en grognant. Pourtant, trente secondes plus tard, il était debout, prêt pour cette nouvelle journée. Il passa sa main sur son crâne nu en soupirant, avant de filer sous la douche. Bon, leur visage était désormais connu. Il leur faudrait tranquillement s'intégrer à toute cette petite communauté. Petite, petite... Pas vraiment à vrai dire. En tout cas, ça avait été vraiment très facile. Trop facile, le noir trouvait ces missions là ennuyantes. Heureusement, la deuxième étape, approcher Thomas et l'imam, serait bien plus compliquée. Mais ils avaient toutes les cartes en main. Et stôt que Sarkouch se rendrait compte de son potentiel.

La semaine passa rapidement. Maxwell restait distant avec ses camarades de classe, mais depuis sa visite à la mosquée, il pu se faire quelques contacts avec d'autres jeunes de son âge la fréquentant. Il avait vraiment suffit de montrer patte blanche hein. Peu semblaient aussi extrémistes que Thomas à première vue. Lui même se montrait modéré dans ses propos. Enfin, modéré. Question de point de vue. Mais il devait faire attention à ne pas afficher un discours trop proche de Sarkouch pour le moment, ce serait suspect. Et Sarkouch n'aurait pas la fierté de l'avoir embrigadé. Il serait tout triste dans le dedans de l'intérieur de son cœur.

Pour être un leader narcissique et égocentrique, Maxwell savait parfaitement comment ceux ci fonctionnaient après tout.

Par contre, maintenant qu'il mangeait avec des gens, plus question de passer outre les prières chaque midi à la cantine. La galère.

Ce jeudi encore, Maxwell resta avec Naomi. Lors du cours de sport, il observa le manège de la brune. Une peste. D'apparence assez banale bien qu'athlétique. Le genre qu'il mettait d'ordinaire une fois dans son lit, pas plus, à moins de jolies performances. Il claqua la langue, énervé. Si Naomi n'était pas là pour passer sa frustration, il aurait pas donné cher de sa couverture.

A la sortie du cours, l'arabe hésita longuement entre aller défoncer la brune ou pas. D'un côté, ça irait bien avec son côté frère protecteur, et mettrait en avant un certain penchant pour la violence. De l'autre côté. Naomi était assez grande pour s'occuper d'elle toute seule. Si elle continuait ainsi, sa partenaire allait elle même lui en foutre une, et ce serait bien fait. D'une façon ou d'une autre, marquer qu'ils avaient beau être très gentils, ils pouvaient casser des gueules, ça ne ferait aucun mal à la mission. Mais comme sa petite sœur sortit en première du vestiaire, la question ne se posa finalement pas.

Le lendemain, à midi, ils étaient de retour à la mosquée. De nouveau, Maxwell laissa Naomi avec les autres femmes, avant de retourner aux côtés de Thomas et Assaf. C'est là, qu'enfin, il leur parla de ses soucis pour aller à la mosquée, et du plan des filles. Les deux garçons ne marquèrent aucune surprise quand à leur situation. Ils avaient déjà, d'une manière ou d'une autre, été briefés.

« Je n'aime pas mentir à mon père. Il peut être hérétique, il peut blasphémer. Mais il reste mon père. Même si ce n'est que par la loi, pas par le sang. Il nous a accueillit, ma sœur et moi. Alors que sans lui, on aurait été séparés. Et si nous sommes en désaccord maintenant, avant, il prenait soin de nous. »

C'était un bon dilemme. Le respect des ainés et surtout du père est une valeur fondamentale dans beaucoup de cultures, qu'on retrouve dans les trois religions monogames. Mentir, c'est mal. Mentir à son père, c'est encore pire. Mais qu'en était-il quand ce père refusait à son fils d'aller prier Allah ? Thomas et Assaf n'avaient pas de réponse. Et comme la prière allait bientôt commencer, Thomas choisit finalement de présenter Maxwell à l'imam après. Lui, il pourrait répondre. Maxwell hocha de la tête et remercia le plus jeune.

Pendant la prière, il était donc particulièrement satisfait.

Après celle ci, il suivit Thomas et Assaf. Il y avait du monde autour de l'imam. Celui ci était censé être pour les musulmans du quartier un guide spirituel. L'imam, par sa connaissance du Coran et des autres bouquins du genre, par ses longues études des texte, était une sorte de gardien de la tradition, de garant des lois islamiques, mais aussi de conseiller. Les autres adultes le respectaient. Ils formaient un cercle autour de lui, l'écoutaient avec attention. Des planètes gravitant autour d'un soleil. L'agent repéra un homme à l'écart, à l'air assez agité. Il devait aussi avoir un problème, mais manifestement, il voulait en parler en privé.

Les deux camarades de Naomi permirent à Maxwell d'aller jusqu'à l'imam. Là, le jeune homme salua la cible de sa mission et se présenta. Puis présenta son problème.

« Mon père adoptif n'accepte pas que ma sœur et moi ayons choisis de suivre la parole d'Allah. C'est pour cela qu'il y a un mois, il a démissionné de son travail à l'ambassade du Royaume Unis au Caire. Et que nous sommes arrivés ici. Il accepte difficilement le fait que nous venions à la mosquée le vendredi. Et il refuse net que nous nous y rendions le weekend. Ma sœur et moi, nous le voulons pourtant. On pourrait même le faire. Mais il nous faudrait mentir à notre père.  »

Ils échangèrent sur ce fameux père. L'imam semblait intrigué. Il posa beaucoup de question sur comment ils avaient trouvé la foi, alors qu'ils avaient été élevé par un hérétique ne croyant en aucun dieu. Maxwell expliqua qu'il avait d'abord été question de visiter, de comprendre leurs origines. Et que pendant longtemps, leur père les avait même soutenus. Jusqu'à ce qu'ils se rendent à la mosquée de plus en plus régulièrement, et qu'ils se mettent à respecter la loi islamique.

« Ca lui a fait drôle lorsque j'ai rasé ma tête. Pendant cinq ans, j'avais laissé poussé mes cheveux, pour faire une coiffure à la mode aux états unis, des dreads. Mais j'ai compris que tout ceci était futile et mauvais. »

Et à tous les hommes autour de lui de sourire, amusés, de hocher de la tête, approuvant cette décision. Hum, ils parlaient depuis au moins un quart d'heure. Naomi allait finir par s'inquiéter. Il se servit de cette excuse pour prendre congé. C'est alors que l'imam le convia à la prière du lendemain. Sous entendu, il lui disait de mentir à son père. Évidemment. Il fallait l'isoler du cadre familial pour l'embrigader, n'est ce pas ?

Il retrouva Naomi qui l'attendait. Ils sortirent de la mosquée pour rejoindre leur petit appartement. Très satisfait de sa petite rencontre avec l'imam, Maxwell affichait un grand sourire goguenard, sa spécialité. Il écoutait pourtant sa partenaire de mission.

« C'est plutôt mal vu de se renseigner sur une nana je crois... J'ouvrirais grand mes oreilles, mais je ne pense pas pouvoir faire mieux.  »

Arrivé à l'appartement, il lâcha enfin le morceau à Henry et Naomi. Donc, demain, mosquée. Il faudrait voir pour les semaines suivantes. Maxwell suggéra qu'il se rende seul quelques fois là bas. Il pourrait prétendre que c'est plus discret vis à vis de ce fameux père puisque jusqu'alors, il ne s'était tout simplement jamais rendu à la mosquée sans Naomi, même au Caire. Et comme de toute façon, la place des femmes n'étaient pas vraiment dans les mosquées selon plusieurs textes. Ça ferait des vacances à Naomi.

Le lendemain, retour là bas. Cette fois ci, ce fut plus dur pour Maxwell de retrouver Thomas et Assaf. En fait, il ne les retrouva tout simplement pas. Il prit donc le parti de se placer juste derrière l'homme agité de la veille. Il l'avait intrigué, il avait un comportement suspect. Ce pourrait toujours être utile.

C'est à la fin de la prière, quand tous les hommes se relevèrent et sortirent de la salle pour discuter qu'il apprit qui il était. Pas son nom, non. Juste, il le vit repartir avec une femme et deux gamines. L'une d'elle étant la fameuse Nada que lui avait montré Naomi plus tôt.

Lui même fila avec sa sœur. Il se promit d'enquêter un peu sur cet étrange bonhomme, probablement le père de Nada. Enfin, la cause de son agitation, c'était peut être juste que sa fille était trop intelligente pour croire en ces conneries de dieux ? Maxwell les préférait intelligentes et la petite était plutôt mignonne.

« Je pourrais aller la draguer pour lui tirer les vers du nez, non ? »

Et il était à moitié sérieux en sortant ça.

Le dimanche, c'était journée détente. Maxwell le passa en grande partie avec Naomi, que ce soit en tant que sparring partner -il y allait relativement molo, fallait pas qu'il lui casse quelque chose ou qu'il lui fasse un bleu- en tant qu'entraineur et conseiller pour le kick boxing -il aimait beaucoup lui rappeler qu'il avait déjà eu l'occasion de s'entrainer avec un athlète olympique- et surtout en tant que plan cul. Bah oui, il fallait bien qu'il se console de sa semaine quasi vierge de toute activité R18 ~


~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Ven 26 Mai - 19:54


Dernière semaine de janvier 2014

La semaine s’écoula en une certaine routine qui s’établissait. Rien qui n’inquiéta Henry. C’était pour le mieux. La routine, c’est la stabilité. Faut juste pas complétement s’y enfermer. Et le contrôleur faisait confiance aux adolescents pour ne pas se faire piéger. Henry aussi entrait dans une certaine routine, se lever, « travailler », commander de la nourriture et parfois faire des courses pour préparer soi-même (ne garantissant en aucun cas que cela plaisait aux agents), parler avec les agents, sortir un peu et dormir. Bref, beaucoup de liberté aux agents, ils étaient suffisamment âgés pour qu’il n’est pas besoin d’être sur leur dos. De plus, s’il se montrait un peu distant avec ces « enfants » ils seraient peut-être embrigader plus rapidement de par la scission déjà bien entamée. Mais ne pensait pas qu’il allait tous les soirs au bar, ce n’est pas un alcoolique. La plupart du temps il ne faisait que flâner dans les rues. Il faisait froid en ce mois de janvier. L’hiver ne finirait officiellement que dans un peu moins de deux mois.

Henry commença à avoir la désagréable impression d’être surveillé à partir du samedi. Il n’aimait pas trop ça. Mais il ne pouvait pas aller leur dire directement. Enfin, au moins il pouvait avoir la satisfaction de savoir que Maxwell et Naomi avaient piqué l’intérêt de l’imam. Le contrôleur lui, alla trouver la paix dans un lieu d’hérésie, un bar. Il but peu avant de repartir pour l’appartement très tard, comme s’il avait plutôt bien consommé. Mais le quadragénaire était parfaitement sobre et ses sens étaient en alerte. Il ne voulait pas se faire surprendre par quoi que ce soit. Au moins, il avait bien profité de son alcool et de la discussion offerte par le barman.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Ven 26 Mai - 19:55


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez un mois pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣ Les deux semaines qui suivent sans réel avancement autre que de l’amassage de connaissances sur vos « amis » et les personnes au comportement bizarre
♣ Vers le week end de la deuxième semaine, une légère approche par Thomas pour voir si vous pouvez vous radicaliser. (en particulier sur Maxwell)

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 700 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Naomi Estrella
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 03/10/2015
Age : 19
Localisation : CHERUB

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 15 ans 15 mars
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 5
Unknown

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Lun 29 Mai - 15:44

C'était définitif. Les filles non musulmanes de ma classe m'avaient dans le collimateur. C'était sans cesse des petits coups sans importance et si le personnage de Naomi restait calme … J’avais pour ma part qu'une envie : leur planter un crayon dans l'œil et leur frapper plusieurs fois la tête contre un mur histoire qu'elles me lâchent un peu. Mais on souriait gentiment en restant calme et en passant du temps avec les autres filles. J’interrogeais mes  « amies » sur Nada et plus d'une fit la grimace mais je n'eus pas de réponse. Je soupirais. Si je ne pouvais plus obtenir des réponses par ici … Comment allais-je faire ? J'avais passé quelques heures à réfléchir longuement assise dans ma chambre au calme. Et surtout ces pestes me tapaient tellement sur le système que j'avais du mal à me concentrer en cours ou sur la recherche d'indices. Et j'avais gentiment dit à Maxwell que son idée de draguer Nada … Était aussi intelligente que de se balader dans un quartier noir de New York avec une pancarte « Je hais les nègres » . Je n'étais pas sûre qu'il avait comprit la référence mais tant pis.

Pour m'informer sur Nada je n'avais pas d'autre choix que de la laisser venir à moi. Mais … Cela allait être beaucoup trop long ! Si Maxwel pouvait voir avec le père de Nada … Ou les amis du père de la jeune femme. Elle m'intriguait au plus haut point. Mais c'était visiblement un sujet tabou parmi la petite bande que j'avais autour de moi. Mais pas sa sœur. Qui elle était une bonne religieuse, très pieuse, mariée alors qu'elle n'avait que dix huit ans, et qui attendait déjà un enfant. Personnellement j'étais très ieurk à cette idée d'être marié à dix huit ans mais pas les autres, je suivais donc le mouvement en disant que c'était parfait car elle servait ainsi le très haut … et tout la litanie habituelle. Qui commençait sérieusement à me taper sur les nerfs.

J'aimais bien notre contrôleur. C'était définitif, je l'aimais même beaucoup. Il arrivait à me faire décompresser après une journée avec les pestes sur les talons alors que je frôlais l'explosion. Je ne supportais pas ces pestes en temps normal, j'avais sûrement dû claquer quelques unes de ces files plus jeunes ou lors des missions, mais au moins je pouvais réagir. Ici ce n'était pas le cas. Sourire et souffrir en silence. Tendre la jambe lorsqu'elles descendaient l'escalier ? Non. J'allais éviter définitivement, je ne voulais pas d'une mort sur les bras. Je conservais donc mon calme aussi bien que possible sans rendre les coups, sans me plaindre. Du moins au collège. À l'appartement j'étais une bombe sous pression.

En ouvrant grand mes oreilles un peu trop longues j'avais finis par apprendre quelques petite choses sur Nada en particulier à la mosquée. Visiblement c'était une fille qui posait « problème » à ses parents qui pourtant étaient de si bons religieux ayant quatre enfants. Quoi que quatre ? Ah ! Pardon, la mère de Nada avait faillit mourir après Nada et les docteurs avaient fait ce qu'il fallait pour qu'il n'y ai plus de risque. Elle ne pouvait plus avoir d'enfants. Maudits docteurs qui l'avaient sauvé ! Je me retiens de lever les yeux au ciel. Et donc, Nada était la cadette de quatre enfants, deux garçons, dont un entre elle et sa sœur, et d'une sœur. L'autre chose intéressante, c'était que sa famille était assez proche de l'imam que nous devions surveiller. Le problème avec Nada, c'était qu'elle posait beaucoup trop de questions, et … Semblait s'éloigner du « droit chemin » Ah … Oui cela expliquait les drôles de remarques et de questions qu'elle m'avait posé. Mais à cause de cela la pression sur Nada était énorme et elle était souvent surveillée. Donc pour l’aborder … c'était un peu mission impossible.

Thomas avait été très gentil, un peu trop à mon goût mais juste ce qu'il fallait dans la religion, pendant deux semaines. Il posait quelques questions, j'y répondais juste ce qu'il fallait. Histoire de voir ce qu'il voulait. Mais je me cachais plus volontière derrière Maxwell avec qui j'allais manger tout les jeudis midi après le sport. Le samedi, après avoir plus ou moins avoir filé discrètement de chez notre père, et après la prière, au moment ou je quittais le coin des femmes je vis Thomas en pleine discussion avec Maxwell. J'attendis qu'ils finissent de discuter pour m'approcher de Maxwell et repartir avec lui. Une fois à bonne distance de la mosquée et de nos « amis » je lui demandais

« Il t'a demandé quoi ? »

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxwell A. Tijabi
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 25

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 16 ans/15 septembre
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 12
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Mer 5 Juil - 14:51

Ce n’était pas la joie dans la tête de Maxwell. Une semaine sans progrès, ça lui faisait déjà du mal, alors, imaginez un peu, deux semaines… Deux semaines pendant lesquelles il ne s’était strictement rien passé. Le jeune homme s’était contenté de ramener sa fraise aux prières et de faire connaissance avec les quelques musulmans de son âge. Étrangement, ceux ci n’appréciaient pas tellement leur imam. Ils pouvaient débattre longuement sur lui et son attitude. Si Maxwell avait décidé de ne pas prendre part à de telles discussions -rappelant que l’imam était le guide de la communauté, celui qui connaissait les textes, et le lien le plus fort avec Dieu, et qu’en tant que tel, il ne pouvait qu’être un homme de bien, c’te bonne blague- et s’il faisait mine de ne pas s’y intéressé, il écoutait très attentivement tout ce qui se disait. Il y avait des discussions animées et très intéressantes autour de la place de la religion dans notre société, sur la loi coranique et la loi républicaine, sur l’histoire des religions… Mais des choses encore plus intéressantes glissées telles des petites blagues ci et là : rumeurs et ragots.

Maxwell adorait ces rumeurs. Il n’y avait pas de fumée sans feu. Ainsi, il tâchait toujours lors de ses missions de trouver de bons fournisseurs en potins. Il écoutait sans en avoir l’air et enregistrait. Mais il se gardait bien d’aller voir Thomas. Il était plus âgé que lui, ça serait louche. Il parlait à Thomas, et Arif l’ami de celui ci, surtout après le sport de Naomi. Afin de se démarquer des autres lycéens modérés, il s’assurait aussi de faire régulièrement le trajet avec lui et sa jolie sœur.

Au cours de la deuxième semaine, il fit la connaissance d’autres jeunes de son âge, mais qui travaillaient déjà. Ils avaient arrêté le lycée après le CPGE, au mieux, et étaient bien plus sensibles aux discours de l’imam. Moins une question d’intellect, c’était surtout une question de milieu. La plupart n’avait guère eu le choix de la part de leur père, ils devaient prendre leur suite, pas besoin d’études supérieures, donc pas besoin d’A-Level. Mais c’était quand même des ratés pour sortir autant de conneries à la minute. Y en a même un qui a commencé à lui demandé si Naomi était libre. Certainement pas pour toi le gros ~  Refrénant quelques insultes qui lui vinrent spontanément, il expliqua calmement qu’il avait un ami en Égypte qui attendait le retour de sa sœur. L’excuse passa parfaitement. Les jeunes gens hochèrent de la tête avant que Maxwell ne rejoigne Naomi. Enfin, ça, c’était ce qui était prévu. Mais Thomas semblait avoir une autre idée. Il l’interpella et le boxeur se retourna.

« Dis, tu parles arabe n’est ce pas ?
- Oui, Naomi et moi apprenons la langue depuis tout petits, et en Egypte, on a pu devenir bilingue. Pourquoi ? »

A vrai dire, il avait déjà une petite idée. Il savait bien que les groupes d’études les plus intéressants étaient en arabe. Parler cette langue semblait être un prérequis à la grande et néanmoins courte carrière de terroriste. Faut dire, parler une langue étrangère, c’est bien pratique, on peut causer de notre bombe juste devant les flics sans qu’ils calent quoi que ce soit.

« Comme tu es intéressé par l’Islam, tu pourrais venir les jeudi soir étudier le Coran avec nous. L’imam pense que ça t’aidera. »

Il avait parlé en tout et pour tout une fois au dit imam. Celui ci ne devrait donc pas pouvoir dire grand-chose de lui. Sauf si Thomas avait récupéré des indications sur lui au cours des deux semaines passées. Bien, enfin une avancée. Ce groupe d’étude n’était qu’un début, Sarkouch allait désormais le surveiller de près avant de faire quoi que ce soit, mais c’était toujours un début n’est ce pas. Bon, il n’allait pas se la jouer super enjoué tout de suite…

« Je vais voir si je peux, ça risque d’être compliqué avec mon père, et je n’aime pas laissé Naomi seule avec lui. »

Genre, elle était pas capable de se débrouiller seule. S’il disait ça devant elle, elle tenterait de l’émasculer avant qu’il ne parvienne à l’immobiliser sous lui. Oh, le doux souvenir.

« Je comprends, mes parents aussi font tout ce qu’ils peuvent pour m’empêcher d’embrasser la véritable foi. Mais je ne me laisse pas faire par ces hérétiques.
- Ta volonté est en tout cas un modèle pour moi.
- Je compte sur toi alors ?
- Je trouverais un moyen. Pour Naomi aussi.
- Elle est vraiment fiancée à un de vos amis en Égypte ?
- On s’est fait une promesse avant qu’on doive repartir. Mais je vais devoir trouver l’argent pour qu’on puisse y repartir quand Naomi sera majeure.
- Pourquoi vous attendez ?
- Pour que notre père ne puisse rien y faire. Il faut savoir être patient aussi. J’ai confiance en mon frère, il ne trahira pas sa promesse.
- Je crois que Naomi t’attends d’ailleurs.
- Je vais la rejoindre. A demain.
- Ah, tu viens donc ?
- Oui, j’y compte bien. »

Il fila en direction de Naomi qui tout de suite agrippa sur sa petite discussion.

« Il aimerait t’épouser, t’en pense quoi ? »

Sourire goguenard aux lèvres, il profita largement que Naomi en public ait décidé de comporter en parfaite petite fille modèle, jusqu’à ce qu’ils rentrent dans l’appartement. Il la plaqua contre le mur, l’embrassa tranquillement, ses mains se baladant sur le corps de rêve -pourquoi devait-elle être aussi couverte ?- avant de la laisser là pour annoncer la bonne nouvelle Henry.


~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Dim 13 Aoû - 16:58


Ces deux semaines s’étaient avérées très longues. Naomi était une bombe sous pression et Maxwell ne semblait pas habitué par une mission aussi lente. Les deux agents foutaient la migraine au contrôleur. Il craignait que la bombe explose à l’école ou pire à la mosquée. Il craignait aussi que l’autre perde patience. Donc il faisait tout pour apaiser la jeune fille et laissait Maxwell se débrouiller. De toute manière il refuserait probablement toute aide.

Henry entendit un grand bruit provenant de l’entrée, il s’approcha d’un pas rapide se demandant s’il y avait eu un problème. Mais non, Maxwell embrassait Naomi… Le contrôleur soupira.

Me faites pas peur, j’ai cru qu’il y avait un problème.

Puis il écouta les nouvelles, d’excellentes nouvelles. Il fit un sourire satisfait et leur dit de continuer ainsi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Dim 13 Aoû - 16:59


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez un mois pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣ La semaine qui suit avec :
- Pour Maxwell, l’étude du Coran sous la tutelle de Sarkouch le jeudi soir.
- Pour Naomi, l’arrivée impromptue de Nada dans l’appartement (elle sera seule, venue de son propre chef en secret vis-à-vis de sa famille, Henry peut être présent dans l’appartement.)

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 700 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Naomi Estrella
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 03/10/2015
Age : 19
Localisation : CHERUB

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 15 ans 15 mars
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 5
Unknown

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Lun 14 Aoû - 12:12

Je ricanai en repoussant les mains un peu trop baladeuses de Maxwell quand Henry arriva. J'ôtais mes voiles avant de coller une main aux fesses à mon coéquipier et le laisser pour aller prendre une bonne douche bien chaude, histoire de me détendre. Qu'il se débrouille seul pour éviter que je finisse marier avec l'autre tronche de cake, même si cela pouvait faire avancer la mission. Je profitais d'un instant de paix, pendant que les « hommes » discutaient, pour me défouler un peu et d'aller prendre une douche brûlante. Lorsque je reviens , une serviette sur la tête pour finir de les essorer, il nous dit de continuer comme ça. Chef oui chef ! J'eus un petit sourire et hochai la tête. Je ne me trouvais que peu utile dans cette mission mais bon … Puisque visiblement cela convenait à tout le monde, j'allais fermer ma grande gueule et obéir aux ordres. Je tordis une nouvelle fois mes cheveux avant de retourner dans ma chambre finir de me changer et de me laisser tomber sur mon lit. Le week-end fut tout ce qu'il y avait de plus normal : il s'y passa la même chose que le précédent mais ce détendre faisait toujours du bien. Je réussis même, oui ceci est un exploit je ne sais toujours pas comment j'ai réussis, à en coller une bonne dans l'estomac de Maxwell en entraînement. En contre partit je me suis pris la dérouillée habituelle.

Le lundi je poussais un grognement de frustration en m'extirpant à moitié des bras de Maxwell pour aller dans ma chambre passer mes innombrables voiles avant d'aller manger et finir de préparer mes affaires. Le petit groupe de mes « amies » m'attendait et je regardais avec attention autour de moi. Bah tiens ! Le groupe des donzelles de services était là aussi … Dire que je m'y réfugiais souvent pour d'autres missions … Et là j'étais dans le groupe voile de navire … Surtout que vu le magnifique soleil anglais qu'on ne voyait pas, caché derrière de gros nuages gris de pluie qui déversaient sur nous un crachin bien froid, nos voiles n'étaient pas des plus pratiques. Je fus heureuse d'aller me réfugier en classe et je tournais à peine la tête quand la même fille que la dernière fois s'assit à côté de moi, et fit malencontreusement tomber mes affaires par terre. Je serrais les dents. Alors toi … tu m’emmerde dans un coin sans les autres voiles, et je te pète les dents ! Ou le bras … ou les doigts … Ouais les doigts, parce que les dents c'est chiant. Je levais les yeux au ciel en me retenant fermement de ne pas réagir. Ce fus Thomas qui prit ma défense en demandant fermement à la fille de partir. Elle hésita, et fit une blague salace, qui aurait put me faire rire, mais vu mon envie de lui fracasser la tête contre la table … Thomas resta ferme et l'autre partie. Il m'affirma qu'il n'avait rien en vu. Mais oui ! Après ce que m'avait dit Maxwell j'allais le croire ! Mais je lui souris et le remerciais en baissant la tête.

Semaine calme et classique jusqu'au jeudi. Henry n'était pas là, partit je ne sais où et Maxwell était à sa soirée avec ses copains de la mosquée, j'avais l'appartement pour moi toute seule. Je portais un vieux jogging lâche et un t shirt noir sans plus aucune forme. Je n'attendais personne, aussi je sursautai quand on frappa à la porte. Méfiante je m’approchai et regardais par le judas. Une de mes amie … Nada ! J'ouvris en grand la porte et la jeune fille s'y engouffra aussitôt. Elle n'avait pas l'air très bien. Je refermais aussitôt derrière elle, et la jeune fille ôta le voile devant son visage. Elle pleurait et elle avait une marque sur la joue … Que … Je l’emmenai aussitôt dans ma chambre et revient pour laisser un mot, écris en gros, dans l'entrée pour Maxwell et Henry qu'ils ne me fasse pas d'impaire. Je pris des glaçons que j'enveloppais dans une serviette et reviens dans ma chambre. Nada me regarda et ôta les voiles de sa tête. Elle était très belle, sans un mot je lui tendis la serviette et elle pressa contre la marque de sa joue. Je la fis s'asseoir sur le lit et elle essuya ses larmes.

« Je suis désolé … Je ne voulais pas … Mais tu es la seule …
- Nada, je ne comprends rien, respire s'il te plaît et explique moi. Que s'est-il passé ?
- C'est mon père …
- Qui t'a frappé ? Pourquoi ?
- Oui. Parce que j'ai parlé alors que je le devais pas.
- Raconte moi. Tu veux un thé ? Quelque chose ?
- Non merci. Je sais que tu n'es pas comme les autres, tu semble détester ce que certaines disent après la prière. Me dis pas que ce n'est pas vrai, je le vois à tes yeux, les autres ne voient que ce que tu dis. Mon père et mon frère discutaient à propos de ce que disait Sarkouch, sur le fait de notre vraie foi et tout ça. Ainsi qu'ils devaient me trouver quelqu'un parce que sinon je dévirais de la bonne voie. Je déteste qu'on parle de moi comme-ci je n'étais pas là. J'ai dis que je ne voulais jamais me marier sans avoir choisis mon époux et que toutes les foi étaient pour le même dieu. Ça n'a pas plus à mon père …

Elle se remit à pleurer et je la serrai contre moi en la berçant. Elle reprit à voix basse

- C'est horrible … Je les entend toujours dire qu'il faut tuer tout les hérétiques, et que les jeunes sont forts, et qu'ils doivent mieux suivre les textes.
- Comment tu es parti de chez toi ?
- Les « hommes » de la maison sont à la lecture du Coran. Les femmes étaient occupées à broder ou je ne sais quelle bêtise … Mais je ne peux pas rester trop longtemps … Il faut que je rentre vite … S'il te plaît Naomi … Aide moi !

Je réfléchis à toute vitesse. Cette petite me faisait de la peine et elle serait utile à la mission. Du moment que moi je ne faisais aucun faux pas. Je hochai la tête.

- Je vais faire ce que je peux Nada. Mais surtout, ne fais rien, pas un geste envers moi à la mosquée, c'est moi qui viendrais d'accord ?
- D'accord … Je te remercie …
- Je ne sais pas combien de temps dure la lecture de coran mais …
- Je vais rentrer … Merci pour tout et encore désolé »

Je l'aidais à se redresser, elle remit ses voiles et sortit rapidement. Je restais immobile quelques secondes face à la porte, la serviette pleine de glaçon à moitié fondue dans la main. Je me sentais … Extrêmement mal. Je repris le message sur la porte et me rendis à la cuisine vider les glaçons. Il y avait Henry qui était revenue, je ne l'avais ni vu ni entendue. Je me passai un peu d'eau sur la figure avant de me retourner et de fixer Henry droit dans les yeux. Je déballai tout ce que Nada m'avait dit. Comme ça ce n'était rien … Mais c'était déjà ça, et on avait une porte sur des informations directes. C'était déjà pas mal.

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxwell A. Tijabi
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 25

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 16 ans/15 septembre
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 12
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Mar 19 Sep - 21:37

C’était repartit pour une semaine chiante. Pour bien commencer le week-end, évidemment, petit tour à la mosquée. Là bas, Maxwell cachait savamment qu’il s’emmerdait comme un rat mort. Il n’eut pas l’occasion d’aller parler à l’imam, mais il eut le grand privilège d’échanger quelques mots avec le père de cette nana qui intéressait tant Naomi. Rien de bien folichon. Une blague vaseuse et rétrograde, quelques questions sur sa situation personnelle, la remarque qu’il n’avait encore rien -sans déconner Sherlock, j’avais pas remarqué- et autre. D’office, Maxwell classa cet énergumène dans la catégorie Beauf. Ce sous genre de l’être humain avait décidément colonisé tout les peuples, bien plus que l’Empire Britannique à son âge d’or. Et pour ceux qui en doutent, non, Maxwell n’est pas un beauf. Ses nanas font ce qu’elles veulent et en général, il préfère celles qui ont du peps, des opinions et même parfois qui arrivent à lui en foutre une, comme Naomi pendant qu’ils s’entrainaient.

Au moins, cette fois ci, il avait un truc qui l’attendait et qui le mettait de bonne humeur. Enfin, autant que Maxwell peut être de bonne humeur, mais c’est toujours mieux que rien. Il avait vraiment hâte d’être à jeudi soir pour cette fameuse séance de lecture. Non pas que lire le Coran l’intéresse, en fait, il était même persuadé que ce serait ennuyeux à mourir. Mais il devait en passer par là pour la mission, alors soit. Il ferait avec.

La seule chose qui vint perturber l’attente, ce fut une question de Thomas. Il lui demandait s’il comptait faire quelque chose pour les pestes emmerdant Naomi. Hum, dure question. En théorie, l’Islam est plutôt une religion pacifique. En tout cas, la violence gratuite, elle aime pas. Y a toute sorte de lois et de règles à suivre. Mais bon, si les fondamentalistes -enfin, non, pas fondamentalistes, juste terroristes- pensaient comme ça, ça se saurait. Ou justement, ça se saurait pas, parce que personne n’aurait jamais entendu parler d’eux. Bref, vous voyez le tableau. Finalement, il opta pour l’excuse éternelle des garçons qu’on trop peur.

« Ce ne sont que des femmes. Enfin, plutôt des sales gamines. Elles ont beau être hérétique, mauvaises et méchantes, je ne me vois pas frapper des femmes. Ou simplement les menacer. Naomi est bien au dessus de leurs persiflages et bêtises. Évidemment, si elles venaient à lui faire du mal… Physiquement… Tu penses que je devrais agir tout de suite ? »

En vrai, il aimerait bien voir ces filles là tenter quoi que ce soit contre Naomi. Ce serait à mourir de rire, et elles n’oseraient plus jamais l’approcher.

« Je te comprends. Mais ne t’en fais pas mon frère, je veillerais sur elle quand tu n’es pas là. »

Tiens, c’était nouveau ça. Depuis quand il lui sortait du « mon frère » ? Non pas que ça gène Maxwell qui devait justement se rapprocher de lui, mais tout de même. L’autre aspect cool, c’est que maintenant, il avait aussi le consentement du grand frère pour coller aux basques de Naomi. Ils allaient peut être pouvoir parler et tout. Tout de même. Il avait dit ça pour rire, mais… Est ce que Thomas était vraiment intéressant par sa pseudo sœur ? Quelque part ça se comprenait. Même s’ils devaient pas aimer la même chose.

Mardi, mercredi et enfin jeudi. Ce matin là, Maxwell était remonté à bloc. Même si d’après ce qu’il avait appris, les séances de lectures consistaient en un long monologue de l’imam. Ses camarades d’A-Level, pour ceux du moins qui s’adonnaient à ce genre de trucs- n’allaient pas aux séances de l’imam Sarkouch, mais à une mosquée plus loin, ce qu’ils lui ont conseillé de faire d’ailleurs. Apparemment, Sarkouch n’autorisait aucun débat, il déblatérait des trucs de merde, point. Mais voyons, il ne pouvait pas se permettre d’aller aussi loin et de laisser sa pauvre petite sœur tout seule ~

Le soir donc, il laissa Naomi seule dans l’appartement. Leur contrôleur était encore partit faire on ne sait quoi, il était tellement useless ce mec je vous jures. Quelques minutes plus tard, il était devant la mosquée avec Thomas. Ils passèrent devant un groupe d’hommes plus âgés qui avaient la clope au bec. Roulées, tabac de mauvaise qualités. Oui, il sentait ça à l’odeur. Même si Maxwell n’était pas un grand fumeur -il ne touchait jamais au tabac au sein du campus- il avait allumé suffisamment de clopes -blondes ou roulées- pour s’y connaître un minimum. Il regarda d’une manière générale les habits des différentes personnes qui se rendaient avec eux à la lecture et c’est alors qu’il le remarqua. Lui et Thomas étaient clairement des intrus. Ils avaient des habits de bonnes factures, alors que tous les autres étaient vieux, abîmés, rêches, avec de mauvais tissus. Il se souvient de ce qu’il s’était dit une semaine plus tôt. Le milieu social. C’était ça qui comptait.

Avec Thomas, il rejoignit d’autres jeunes. Ils étaient une demi douzaine. Thomas était le plus jeune avec son ami Assaf. Mais Maxwell n’était pas le plus vieux. Il salua Hamid, son aîné de trois ans. Enfin, deux officiellement, puisqu’il avait pour cette mission dix huit ans. Donc une belle brochette de presques et jeunes adultes de seize jusqu’à vingt ans.

Ils s’installa à droit d’Hamid, sans se poser plus de questions. Celui ci le regarda d’un air courroucé, avant de porter son regard sur l’imam. Ah, quelle ambiance. Mais ce gars là allait devoir s’y faire, où qu’il aille, Maxwell s’imposait comme il l’entendait.

La lecture en elle même fut longue et laborieuse. Encore plus chiante qu’un cours. Heureusement que Maxwell était passé maitre dans l’art de feindre la concentration et l’écoute, ainsi que dans l’art de retenir des choses en n’écoutant que d’une oreille. Un long discours sur le devoir du fils envers le père et du père envers le fils ponctué ci et là d’extraits du Coran. Une séance sur mesure pour lui dis donc, mais quel chanceux.

Aussitôt celle ci terminée, Sarkouch fut assaillit par les hommes. Les cinq jeunes pour leur part ne bougèrent pas. Perplexe, Maxwell interrogea du regard Thomas puisqu’il restait quand même son principal contact. Celui ci hocha de la tête de gauche à droite.

« Nous allons encore rester un peu, l’imam veut nous parler. Mais toi, vas-y, ta sœur t’attends n’est ce pas ? »

En effet. Mais au moins, maintenant, il avait pu mettre des têtes et des noms sur le groupe de jeune si proche de Sarkouch. Lui même se leva, alla jusqu’à l’imam, le remercia pour cette heure si instructive -il ne se lassera jamais de l’hypocrisie- et le salua avec respect -jamais je vous dis. En rentrant, il s’empressa de raconter ça à John et Naomi. Surtout qu’il avait une petite surprise.

« La p’tite Nada, elle a un grand frère aussi peu fréquentable que moi ~ Ce cher Hamid, avec Thomas, Assaf et deux pantins… Attends, ah oui, Mammoud et Khaled, sont restés bien sagement assis pour attendre l’imam après la lecture pendant que les vieux allaient saluer l’imam. »

A son tour, il écouta les nouvelles de Naomi. Intéressant. Mais il ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Puis de fixer son plan cul -unique en ce moment- qui avait un air… Bizarre.

« Tu veux l’aider c’est ça ? Oublie. On ne peut pas être sûrs qu’il ne s’agisse pas d’un piège. Et même si c’en est pas un, ça créerait beaucoup de remous et changerait la façon d’agir de la communauté, hors, tant qu’on est pas bien dedans, faut du calme. Sans compter qu’elle peut nous avoir des informations si on s’y prend de la bonne façon. »

Restait à savoir quelle était la bonne façon. Mais ça, il laissait volontiers à Naomi le soin d’y penser. Il ne lui avait encore jamais causé à la p’tiote après tout.

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Dim 1 Oct - 15:08

Le jeudi soir avait été fort en information. Le barman favori de Henry avec qui il était devenu plus ou moins amis lui annonça qu’il semblait négliger ses enfants. Chose à laquelle il avait répondu qu’ils étaient bien assez grands. Le barman n’avait pas répondu se contentant de secouer la tête. Hum… Peut-être avait-il raison ? Henry finit son verre avant de repartir. Personne ne le suivait aujourd’hui, c’était régulier les jeudis… Lors de la lecture par Sarkouch.

A l’appartement il lut le message de Naomi. Il avança donc à pas de loup dans cet endroit qui lui appartenait le temps d’une mission. Il prit une douche après avoir mis à couler un café. Plus tard il but sa tasse en attendant Naomi et Maxwell. Il ne fit aucun commentaire sur le départ de Nada, même pas sûr qu’elle l’ait vu. Puis il écouta Naomi puis Maxwell qui était revenu.

On ne peut l’aider sans prendre le risque de compromettre la mission. De plus, nous ne pouvons rien faire. C’est à elle d’aller voir la police pour porter plainte. Mais ce sera difficile pour elle… Maxwell, continu de t’approcher de ce groupe et essai d’en savoir plus sur eux. Je vais aussi lancer quelques recherches sur ces noms. Naomi, ne fait rien d’imprudent pour Nada et essai d’affirmer ta position non pas juste en tant que sœur de Maxwell. Une fois vos place affirmer il vous sera plus aisé d’interagir avec les membres de la communauté comme Nada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Zara Asker
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 21/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 34
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: Indénombrable
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Dim 1 Oct - 15:09


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez un mois pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♣️ Les deux semaines qui suivent avec :
- Pour Maxwell, une entrevue avec l’imam et des jeunes du groupe suivi quelques jours plus tard d’un test pour voir si tu peux en être (Naomi peut être présente)
- Pour Naomi, subir (?) les avances de Thomas et les pestes qui ne vont pas te lâcher tu as les choix entre t’en débarrasser toi-même lors d’une opportunité ou alors laisser Thomas faire.
Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre libre

Vous devrez faire 700 mots pour cette réponse, bonne chance à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cherub-campus-rpg.forumactif.org
Naomi Estrella
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 03/10/2015
Age : 19
Localisation : CHERUB

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 15 ans 15 mars
Statut: Agent Calme
Nombre de Missions: 5
Unknown

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   Jeu 5 Oct - 15:12

Je hochais la tête sans répondre aux deux hommes. J’avais compris. Je ne ferais rien pour Nada, et j’avais intérêt à commencer à l’ouvrir un petit peu. Après une tasse de thé, et un petit grognement à l’intention de Maxwell que je n’avais pas envie de voir ce soir, je bus enfin goûter au repos de mon lit qui me paraissait comme un eldorado inaccessible et le sommeil comme le nirvana dont je n’avais pas le droit de toucher autrement qu’avec les yeux. Parce qu’effectivement je restais jusqu’à plus d’une heure du matin à me tourner dans tous les sens à réfléchir à la situation. Ne pas réagir me demanderais beaucoup d’efforts. Et si les autres pestes venaient se rajouter là dessus … J’allais devoir vraiment prendre sur moi. Pourtant je me levais à l’heure le lendemain matin. Je me passais de l’eau sur le visage, plusieurs fois avant d’aller me préparer pour ma journée. J’allais bien trouver un moyen pour que les pestes me foute la paix. Pour un petit moment.

Mais ce fut Thomas qui m’agaça le plus, même si je dus prendre ses attentions avec le sourire et en baissant les yeux. Je n’étais pas non plus une assistée ! Mais j’acceptais toujours avec un sourire, qu’il me prête un stylo, qu’il me ramasse le mien, qu’il me change ma cartouche de stylo plume … D’accord … Je lui en collais une maintenant ? Ou j’attendais une seconde ? J’allais attendre la fin de la mission, et si je pouvais avant de partir, je lui en collerais une en toute amitié. Ou pas, au choix. Les pestes ayant bien compris que c’était inutile de tenter lorsqu’il était là, me les faisaient à l’envers. Je notais en particulier la délicate serviette hygiénique usagé dans le sac. Après la prière où lors de la discussion suivante je commençais enfin à échanger un peu plus en me liant au point de vue extrême lentement, sans regarder Nada. Pourtant en sortant rejoindre Maxwell j’échangeais un regard avec elle, mais je lui passais devant la tête haute. Une fois un peu loin de la mosquée je soufflais à Maxwell

« Je sais pas ce que tu as dis à Thomas , mais il est plus accroché à moi qu’une moule sur son rocher. Pas que cela me dérange pour la mission, mais personnellement … »

Je ne poursuivis pas dans ma réponse, mais une fois la porte de l’appartement solidement fermé je l’embrassai avec plaisir avant d’aller ôter mes voiles pour profiter d’un bain en solitaire. Quoi ? J’avais bine le droit de prendre soin de moi discrètement. Le samedi, je préférais rester enfermer, parce que si je sortais, c’était avec tout les voiles, donc j’étais bien mieux à m’entraîner avec Maxwell, cette fois un nouveau miracle je lui fis une clé de bras, à écouter ma musique et à me détendre tranquillement. Ou presque puisque le matin nous étions allés avec joie et bonheur à la mosquée. Je profitais donc le week-end un maximum.

Le lundi, je me demandais vraiment si je n’avais pas le droit à un meurtre. Enfin. Pas un mais trois. Thomas n’était pas là. Visiblement malade. Et elles donnèrent à cœur joie. Je fus à deux doigts d’encastrer le visage de la blonde dans la table et d’arracher un doigts ou deux à la brune. Mais je me contiens en imaginant justement ce que je pourrais leur faire subir. Un jour. Le plus tôt possible serait entre nous le mieux. Heureusement, le mardi mon prince peu charmant revient, et pour m’occuper l’esprit pendant les cours absolument pas intéressants, merci Cherub pour les cours, je m’amusais donc à comparer Thomas et Maxwell. Activité qui m’horripilait d’habitude, mais il faut bien s’occuper. D’ailleurs, le soir je réussis à avoir Liv au téléphone ainsi que Mina pendant un petit bout de temps. C’était toujours agréable. Même si Aaron et sa chérie étaient absents, sur ce coup là ils étaient en mission visiblement. Je hochais la tête sans rien dire. Qu’ils restent tout les deux, ce n’était pas grave. J’eus l’opportunité de me venger des trois pestes jeudi pendant le sport.

Elles avaient eut l’affreuse bonne idée, de venir m’emmerder alors que j’étais encore en jogging, entrain de me rincer le visage dans les toilettes à l’autre bout de la salle à l’opposé donc des vestiaires, après le sport. Et elles s’étaient toutes seule comme des grandes enfermées avec moi. Nan, mais je veux bien être gentille, mais un tel taux de connerie … Au bout d’un moment, malgré mes efforts, je ne peux rien faire ! Je me retiens, il n’eut pas de casse. Mais … les envoyer au sol en deux coups de poings et de genoux avaient été libérateur.Surtout que j’avais put, pur mesquinerie de ma part, leur tirer les cheveux pour leur demander poliment avec un grand sourire, d’arrêter de me coller et de m’enquiquiner, sinon j’allais gentiment leur briser les bras et les jambes. Le tout poliment. J’avais même pas pus les faire saigner du nez, comment expliquer le sang sinon ? J’ai la conscience professionnel tout de même !

Par contre, vendredi le soir en revenant de la mosquée où j’avais fais preuve d’un discours digne à ce que ma mère m’arrache la tête, dame nature se rappela gentiment à moi, en me mettant en boule sur mon lit avec une bouillotte et une humeur de chien. Si Maxwell avait été un minimum gentleman, il aurait put me proposer un massage. Mais fallait pas compter sur Maxwell pour ça. J’étais heureuse que se soit samedi le lendemain. Je restais tout le week-end en pantoufle et vieux pyjama au chaud.

Le reste de la semaine suivante, à part un Thomas plus gluant qu’un chewing-gum fondu sous ma chaussure, les filles me laissèrent tranquilles. Et il affirma que c’était grâce à lui, qu’il leur avait fait peur. Compte là dessus et bois de l’eau fraîche mon gars. Je me contentais de le remercier en espérant qu’un soupçon de rouge me vienne aux joues. Mais c’était qu’il allait finir par demander ma main à Maxwell si ça continuait ! Un soir, à l’appartement, je demandais à mon partenaire

« … Maxwell, t’as bien dit à Thomas que j’étais fiancée … Rassure moi ? Parce qu’il à pas l’air de saisir le mot « fiancée » avec moi. »

J’espérais que mon partenaire n’avait pas fait de connerie de ce côté là …

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mission : Des enfants du terrorisme   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission : Des enfants du terrorisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission Sith : l’Âme d'un Reptile [Validée]
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» [BloodBowl] Mon équipe : Les enfants du Curé...
» Aide speciale aux enfants du president Rene Preval!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus RPG :: Section RPG : Extérieur :: Le Royaume Uni :: Angleterre :: Londres-