Forum RPG dans l'univers de Cherub
 

Partagez | 
 

 Mission : Présence Russe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Mar 9 Fév - 0:33

Ces dernières semaines avaient été difficiles. La mission avait plutôt bien commencé, les deux agents avaient réussi à se rapprocher de leurs cibles respectives. Bruce qui ne parlait pas un mot de Russe au moment de partir pour cette mission, se débrouillait à présent pas trop mal. Il pouvait se vanter de maîtriser quatre langues, ce qui lui permettrait d'effectuer des missions dans nombres de pays différents. Cette fabuleuse progression avait été possible grâce à Piotr, l'autre agent présent avec lui. Pourquoi le garçon l'avait-il aidé alors qu'il le détestait tout bonnement ? C'était vraiment incompréhensible.

Bruce s'était assez bien intégré tant dans le quartier qu'à l'école. Il faisait même parti d'une équipe de foot, même s'il préférait largement le regarder à la télé. C'est Adrian qui avait poussé l'agent à passer les tests de sélection. Le blond s'y était rendu juste pour faire avance un peu plus la mission. Après avoir montré ce dont il était capable, le sélectionneur était venu trouver l'agent pour lui annoncer qu'il intégrait l'équipe. Depuis, Adrian et Bruce se rendaient tous les mercredis et tous les samedis sur le terrain pour disputer des matchs. Finalement, l'agent avait pris goût au sport et il y allait maintenant avec le sourire.

Puis sans comprendre, l’attitude de Bruce changea, il paraissait constamment dans les nuages. Il se levait tard et négligeait le travail en classe. Il se désintéressait même peu à peu du foot. Il mettait légèrement en péril le bon déroulement de la mission. L'agent ne se sentait pas à l'aise dans l'appartement et préférait passer son temps libre dehors. Bruce commençait également à en avoir assez des remarques et de la méchanceté de son coéquipier. Pourquoi Piotr haïssait-il l'espagnol comme cela ? C'était franchement pitoyable, Bruce lui ne désirait qu'une seule chose, comprendre pourquoi le garçon était comme cela et enterrer la hache de guerre mais l'agent ne ferait pas le premier pas. Itô, sa petite amie lui manquait également, il ne comprenait pas les sentiments qu'il éprouvait envers la jeune fille. Bruce et la jeune fille, s'étaient rapprochés avant le départ du garçon en mission. Il ne voulait qu'une seule chose, être auprès d'elle. Bruce se faisait peur lui-même, il ne se reconnaissait pas. Il ne s'était attaché à une personne comme cela qu'une seule fois, lors de son premier entrainement initial.

Bruce avait échoué. Il avait échoué à se faire inviter chez les Gregorovitch. Il se sentait honteux, honteux de son niveau. Il commençait peu à peu à se demander l'utilité de rester dans l'enceinte de CHERUB. Il était inutile pour l'organisation, n'ayant encore jamais terminé une mission longue durée alors que nombre de ses camarades avaient déjà plusieurs missions à leur actif.

Un Vendredi soir alors que Bruce rentrait encore d'une énième journée de glande à l'école, Ewart, le contrôleur de mission lui tomba dessus. L'homme se trouvait dans la cuisine et avait décidé ce soir de mettre les choses au clair avec le jeune homme.

- Bruce, viens voir ici un instant, il faut que je te parle.


Bruce n’avait franchement pas envie de parler avec Ewart, pas qu’il ne l’appréciait pas car c’était complétement l’inverse, mais ce soir, il n’avait aucunement l’envie de se prendre une soufflante. L’espagnol s’approcha à contrecœur de son supérieur. Le contrôleur paraissait énervé.

- Cela fait plusieurs jours que ton comportement m’inquiète, tu es constamment dans la lune. Tes résultats scolaires sont en chute libre et tes objectifs concernant la mission sont au point mort. Tu passes ton temps libre à dormir et à trainer dehors dans la ville. Bruce souffla, Ewart lui, cogna du poing sur la table. Merde Bruce, je ne te reconnais plus. Où est passé le garçon souriant, blagueur, dragueur que je connais ? Tu ressembles plus à un jeune merdeux dépressif qu’à l’agent motivé et acharné qui est prêt à tout pour réussir ce qu’il entreprend. Tu crois que tu es en vacance, que la mission est un jeu ? Si tu n’es pas capable de te reconcentrer rapidement, tu retourneras immédiatement au Campus ! Si tu n’es pas capable de te ressaisir, tu n’as pas ta place avec nous.

Bruce venait de prendre une sacrée claque, jamais il n’avait vu son contrôleur de mission s’énerver de la sorte, avec personne. Il venait d’évoquer la possibilité que le jeune homme soit exclu de CHERUB. L'espagnol venait de réaliser ce que cela voulait vraiment signifier. Il lui faudrait quitter sa maison, sa famille ainsi que ses amis. Le garçon serait placé dans une famille d’accueil avec l’interdiction de parler à qui que ce soit des agissements de l’organisation gouvernementale. Il s’en voulait énormément. Il venait de prendre conscience qu’il mettait en danger l’avancée de la mission. Bruce ne savait pas quoi répondre. Le contrôleur se tourna ensuite vers son coéquipier. L’espagnol n’entendit pas un mot de leur discussion, comme enfermé dans une bulle. D’un pas lent, il se dirigea vers la chambre qu’il partageait avec Piotr. Ce soir, il ne mangerait pas, ayant l’appétit coupé et il se mit sous les draps sans prendre la peine d’enlever ses vêtements. Il allait laisser passer la nuit. Comment on dit, la nuit porte conseil.

Le lendemain, Samedi. En se réveillant, Bruce constata que lit qu’occupait habituellement Piotr était vide. Il avait du passer la nuit dehors pour le besoin de la mission. Bruce ne savait même pas où devait se rendre son coéquipier. Le réveil affichait 9 heures du matin. On entrant dans la cuisine, Bruce trouva Ewart assit à la table de la cuisine, un café dans les mains. L'agent décida de parler.

- Ewart, je voulais m’excuser concernant hier soir. Je suis parti me coucher sans te donner d’explications. En ce moment, je suis un peu perdu, je me suis posé beaucoup de questions sur ma place dans l’organisation mais j’ai finalement compris que ma place était au sein de CHERUB. J’ai eu peur....peur de faire foirer la mission. Je te promets qu’à partir de maintenant, je vais me ressaisir, je ne te décevrais pas.

Bruce souriait. Ce qu’il venait de faire était un exploit, il venait de se remettre en question, chose très rare.

- Je suis content de te l’entendre dire, je sais ce que tu vaux !

Piotr rentra peu de temps après, il avait passé la nuit chez les Gregorovitch. Il avait rempli avec succès son objectif, super !! Quelque chose dans son regard intrigua l’espagnol. Bizarre, il creuserait un peu plus tard.

Le Samedi après-midi signifiait un nouveau match pour Adrian et Bruce. C’est avec le sourire que l'agent retrouva son équipe. Piotr demanda à l’espagnol de faire attention à Adrian, pourquoi ? Les adolescents jouaient en cette après-midi un match important. En effet, il permettait de qualifier l'équipe pour un tournois. Bruce était remonté à bloc. Dès les premières minutes, son équipe prit l’avantage. Adrian remontait vers le milieu de terrain, évita deux défenseurs avec beauté et passa le ballon à Bruce qui mit un coup d’accélérateur. Le blond était en forme, il distança de loin, grâce à l'entrainement de CHERUB, ses adversaires et tira de toute ses forces dans le ballon qui rentra parfaitement dans la cage. Le reste du match continua sur cette lancée, Adrian marquant plusieurs fois. A la fin du match, le score était de 5 à 1. L’équipe continuait l’aventure. Tous les joueurs se sautèrent dessus et se prirent dans les bras tellement ils rayonnaient de joie. Adrian se pencha vers Bruce :

- Content de voir que tu as repris du poil de la bête mec !

Le lendemain, Dimanche, les deux agents passèrent la journée ensemble. Déjà rien que ça, ça paraissait bizarre. Pourquoi le blond voulait-il rester avec Bruce ? Ça puait cette histoire ! Étonnamment, Piotr voulait parler. Bruce se méfia au début, ayant peur que cela soit une ruse du blond. Puis l’espagnol se laissa prendre au jeu et ils parlèrent de tout et de rien. Ils évoquèrent leur vie au campus, leurs amis ainsi que leurs amours. Piotr parla longtemps de Zoël, il avait l’air de véritablement l’aimer. Bruce lui de son côté lui parla longuement d’Itô. A la fin de cette journée, Bruce ne savait que penser. La personne qui le haïssait le plus, était devenu un ami. Les deux garçons rigolaient et se jetaient de temps à autre des regards complices. Bruce était heureux. Il était motivé pour terminer à bien cette mission et rendre fière son contrôleur.
Revenir en haut Aller en bas
Helva Fitzhenry
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 23/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 35 Ans/10 Nov
Statut: Agent Modèle
Nombre de Missions: Inconnu
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Mar 9 Fév - 12:17



Igor partait. Erwart avait tout entendu. Ce personnage l'intriguait particulièrement, et encore plus vis à vis du comportement qu'il avait avec Piotr. Il y avait définitivement quelque chose de louche là dessous. Mais pour le moment, il n'avait eu aucune information sur lui.

Bruce sembla reprendre du poil de la bête. Son discours avait eu de l'effet. Il espérait que cela durerait. Mais il se douta qu'il faudrait le suivre plus particulièrement. Il était talentueux. Il avait d'excellentes capacités d'adaptations, comme en témoignaient ses progrès en russe.

Il fut aussi très content quand il vit ses deux agents partirent ensemble, et revenir plus soudés. Ils venaient de comprendre ce que signifiait former une équipe, et il ne manqua pas le souligner. Ils seraient amenés à travailler avec toute sorte d'agent par la suite, et chacun avait sa propre façon de faire, ses propres manies, sa propre personnalité. Il fallait toujours jongler avec tout ça. Pas facile, d'ailleurs, des agents expérimentés s'en montraient tout à fait incapable, ce qui pouvait représenter un énorme handicape. Pour finir le week-end en beauté, Erwart fit monter les deux agents en voiture, et tous filèrent dans un petit restaurant, pas très cher, mais aux hamburgers absolument délicieux.

La mission approchait déjà de la fin, grâce surtout aux derniers micros de Piotr. Comme il l'expliqua aux agents, ils allaient désormais avant tout attendre. Attendre d'avoir quelque chose pour faire tomber Gregorovitch.

« Ne vous faites pas trop remarquer. Igor sera sans doute remplacé auprès de Dimitri et Adrian par quelqu'un, choppez moi rapidement son nom. Essayez aussi de savoir ce qui est arrivé à leur mère. Son absence est vraiment très inquiétante. »


~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helva Fitzhenry
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 23/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 35 Ans/10 Nov
Statut: Agent Modèle
Nombre de Missions: Inconnu
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Mar 9 Fév - 12:23


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez deux semaines pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♦ Les deux semaines qui suivent, très tranquille
♦ Bruce, je veux que tu discutes, à plusieurs reprises, avec Dimitri, de vos "mères" respectives.
♦ Piotr, avec Adrian, vous improviserez une filature de la nouvelle nounou des deux gamins.

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre Libre

Vous devez faire minimum 750 mots pour ce rp.  

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Sam 13 Fév - 14:32

Les agents avaient passé un dimanche fort agréable. Piotr et Bruce s'étaient rapprochés et paraissaient avoir enterré la hache de guerre, enfin pour le moment. L'espagnol se méfiait toujours un peu du russe, il apprendrait à le connaître avec le temps. En fin d'après-midi, le contrôleur de mission Erwart apparut dans l'appartement et annonça aux deux agents qu'il avait une surprise pour eux. Toute la petite famille monta alors dans la voiture. Sur le trajet, Bruce lança un regard interrogateur à son nouvel ami. Il ne savait pas du tout où leur père adoptif les emmenait. Soudain, le blond aperçut par la fenêtre du véhicule une enseigne qu'il connaissait bien. Il laissa s'échapper un petit cri de joie, ce soir ce serait Hamburger pour tout le monde.

Le soir, en rentrant dans l'appartement, la famille en carton s’assit autour de la table de la cuisine. Erwart fit chauffer de l'eau dans une bouilloire dans le but de faire des cafés ou des tisanes. Le breuvage servit, il commença à énumérer ce qu'il attendait des agents pour les semaines à venir. Les semaines à venir seraient plutôt tranquilles. En effet, la mission rentrait dans une phase d'attente. Cependant, le travail des deux agents n'était pas terminé pour autant. Le contrôleur annonça qu'Igor serait surement remplacé par quelqu'un, il faudrait découvrir le nom de cette personne, afin que les services de renseignements puissent se renseigner et se pencher sur son dossier. Bruce, lui, devrait reprendre son dernier objectif, en apprendre un peu plus sur la mère des deux garçons. Cette fois, l'espagnol n'avait pas l'intention d'échouer.

Le réveil sonna tôt le Lundi matin. Bruce devait être en cours vers 8h. Il arriverait surement vers 8h 05, histoire de ne pas faire le mec ponctuel. Arriver en retard était faisable uniquement lors des missions. Au campus, le moindre retard était récompensé par des tours de piste. La joie !
Une fois debout, le jeune homme se dirigea vers la salle de bain. L'eau chaude était un réel réconfort sur la peau du garçon. Propre comme un sou neuf, Bruce retourna dans la chambre qu'il partageait avec Piotr, une serviette autour de la taille. Habillé et rassasié, il prit le chemin du bahut. Il arriva comme prévu sur les coups de 8h 05. Il rentra sans problèmes dans l'enceinte de l'établissement et se dirigea vers la salle de classe. Ce matin, si sa mémoire était bonne, il devait avoir mathématique. En soit, ce n'était pas une matière compliquée pour lui. En arrivant dans la salle, Dimitri lui avait gardé une place à côté de lui. L'agent fit un signe de la tête au russe pour le remercier et vint s'assoir à côté de lui

- Salut Aleksandar quoi de neuf ?


Bruce commença à lui raconter un peu son week-end dont le match de foot où il était présent.
L’agent était étonné, il ne voyait pas Marc, garçon avec qui il avait déjà eu un accrochage. Marc n’avait pas apprécié que l’espagnol lui pique son meilleur ami. Il allait peut-être arriver en retard. Effectivement, il arriva très en retard mais le prof indulgent, l'accepta tout de même en cours. Lorsqu'il vit que Bruce se trouvait à côté de Dimitri, Marc lui lança un regard charbonneux et s'assit au fond de la salle. Monsieur était énervé ? Se sentait-il légèrement évincé ? Bruce commença à rigoler.

Le Lundi après-midi et la journée du Mardi se passèrent normalement, sans le moindre accrochage avec personne. C'était assez calme. Mercredi, Bruce retrouva l'équipe de foot sur le terrain pour un entrainement. Dimitri était présent dans les gradins. Cela faisait plaisir de le voir s'intéresser à ce que faisait Bruce. L'entrainement commença par des séries de jongles, rien de bien passionnant. Dans la deuxième partie de l'entrainement, les joueurs disputèrent un petit match.
A la fin de l'entrainement, Bruce retrouva Dimitri. Dimitri proposa à l'agent de venir chez lui afin de jouer à la console. En arrivant dans le chambre du garçon, Bruce alluma la console pendant que Dimitri choisissait un jeu. Il finit par choisir « FIFA ». Dimitri était largement meilleur que l’espagnol cependant, le score restait serré avec une légère avance du russe. Bruce était meilleur sur le terrain mais il se débrouillait quand même assez bien. L'agent n'oubliait pas objectif.

- Dimitri, je voulais te poser une question. On ne voit jamais ta mère sur les photos. Où est ta mère ?


Dimitri s'arrêta et laissa tomber sa manette sur le sol, apparemment la question de l'espagnol le gênait.

- Aleksandar, je ne veux pas en parler, pas maintenant. Pas aujourd'hui, s'il te plait.

L'agent était déçu, mais il respectait avant tout le choix de son ami.

Le soir en rentrant à l'appartement, Bruce fit son rapport au contrôleur. Ce dernier comprenait parfaitement l’échec de la première tentative. Bruce allait continuer à aborder le sujet, persuadé que Dimitri cachait un lourd passé.

Le reste de la semaine se déroula parfaitement bien. Le soir, les deux agents se retrouvaient dans l'appartement et passaient un peu de temps ensemble. Ils rigolaient.
Le Week-end passa rapidement. Le Samedi en raison du mauvais temps, le match avait été annulé. Bruce en avait profité pour rattraper son retard quant aux devoirs qu'il devait rendre pour le Lundi.
Le début de semaine se passa agréablement bien. Bruce était attentif en classe et gardait en même temps un œil sur Dimitri. Le Mercredi se solda par un nouvel entrainement. Cette fois-ci, ils ne firent que des matchs. Adrian excellait, vraiment. Après le match, Bruce proposa à Dimitri d’aller s’acheter de quoi manger et de se poser dans un parc, vu qu’il faisait un temps magnifique. Dans le parc, ils choisirent de s’asseoir sur un banc, en face d’une fontaine. Ils parlèrent des heures durant des filles de la classe. Dimitri avait le béguin pour l’une d’elles. Honnêtement la jeune fille en question était magnifique. Bruce lui fit des compliments sur Jessica une fille se trouvant dans une autre classe. Il fallait pour le bien de la mission trouver des sujets de discussion. Toujours est-il que la seule fille qui attire vraiment Bruce se trouvait loin…. Les garçons avaient acheté du Pepsi et un paquet de Granola. Entre deux gorgées, l’espagnol essaya de nouveau d’en savoir un peu plus sur la mère des deux Russes. Dimitri changea de nouveau de sujet, Bruce n’insista pas.

Jeudi fut une journée intéressante. Entre deux intercours, Bruce décida d’aller aux toilettes afin de vidanger sa vessie. Il tomba nez à nez avec Marc qui semblait s’être levé du mauvais pied.

- Bouge de là !


Bruce décida de s’amuser un peu.

- Tiens Marc, je ne t’avais pas vu. Demande-le-moi gentiment et peut-être que je traiterais au mieux ta requête.

Marc semblait énervé.

- Ne me chauffe pas Aleksandar !


- Serait-ce des menaces ? Bruce commença à rigoler. C’est bizarre, je ne savais pas que je t’énervais autant. Aurais-je fais quelque chose de déplaisant ?

Dimitri arriva derrière Bruce, intrigué par le bruit provenant des toilettes.

- Qu’est-ce qui se passe ici ? Voyant Marc en face de Bruce. Qu’est-ce qui vous arrive ?

- Tu ferais mieux de dire à ton pote de se calmer


- Pourquoi ce n’est pas toi qui te calmerais un peu Marc ? Depuis qu’ Aleksandar est arrivé, tu passes ton temps à lui chercher des poux.


Marc offensé, força le chemin et avant de partir s’arrêta pile en face de Dimitri.

- Dimitri tu as changé, si tu ne veux pas qu’il t’arrive la même chose qu’il est arrivé à ta mère, change.


Dimitri paraissait choqué, il ne disait plus rien. De grosses larmes coulaient sur ses joues. Bruce était un peu choqué. Il ne s’était pas trompé, Dimitri avait bien un passé lourd.

- Si tu me racontais maintenant ce qu’il est arrivé à ta mère.

Bruce décida de sécher les cours de l’après-midi. Lui et Dimitri, décidèrent de se rendre dans un café et de s’installer au fond d’une salle, histoire d’être tranquille et d’attirer le moins possible les regards. Ils commandèrent chacun un coca. L’agent décida d’enregistrer la discussion. Il activa l’enregistrement, verrouilla son portable et le posa à côté de lui afin que Dimitri ne se rende compte de rien. Une fois les boissons servies, Bruce entama la discussion.

- Je pense qu’il est temps que tu me racontes. Il ne faut pas que tu gardes ça pour toi.

Dimitri paraissait hésiter, alors Bruce décida de lui raconter son histoire enfin celle fournie par Cherub.

- Si tu veux, je commence. Mes parents ont divorcé lorsque nous étions Piotr et moi encore jeunes. Nous sommes restés avec mon père. Apparemment, c’était ma mère qui avait la garde. Je t’avoue que je ne souffre pas mal du manque de ma mère. On ne s’écrit jamais et elle ne m’appelle jamais. J’essaye de ne pas y penser.

Dimitri paraissait détendu et convaincu par le mensonge de l’agent.

- Je suis vraiment désolé Aleksandar je ne savais pas. Tu as de la chance ta mère est toujours de ce monde. Il marqua un temps. Bruce commença à se poser des questions. Un soir, une dispute éclata entre es parents.  Apparemment, il était question des affaires de mon père. Ma mère disait qu’elle en avait assez. Pour elle, mon père mettait sa famille en danger. Elle menaçait de se rendre à la police s’il n’arrêtait pas immédiatement ses activités. Au début, je ne comprenais pas. Mon père était propriétaire d’un garage et je ne voyais vraiment pas ce qu’il pouvait y avoir de si dangereux. Un jour, ma mère disparut. Papa m’avait dit qu’elle était parti, voulant prendre le temps de réfléchir. J’y avais cru. Un soir, alors que je passais devant le bureau de mon père, j’entendis le nom de ma mère « Anita ». Je regardais alors par la serrure de la porte. Mon père se tenait face à un homme. Je n’ai pas pu voir son visage, il était de dos. Il disait à mon père qu’il avait eu raison d’éliminer ma mère, cette dernière devenant trop gênante pour les affaires. Bruce écarquilla grand les yeux, Dimitri venait d’avouer que son père avait fait tuer sa mère. Je suis parti en courant m’enfermer dans ma chambre puis j’ai décidé de garder ça pour moi et de ne pas en parler à mon frère. Pour lui, ma mère nous a abandonné.

Dimitri s’arrêta de parler, il avait les yeux rouges, il pleurait. C’était un moment extrêmement dur. Il venait d’annoncer quelque chose d’affreux. Bruce se leva pour prendre son ami dans les bras. Étonnamment, Dimitri se laissa faire.

- Aleksandar, promets-moi de n’en parler à personne.

Bruce lui promit à contrecœur, il serait obligé d’en parler à Erwart, surtout que l’agent avait tout enregistré sur son téléphone portable. Bruce décida de passer la soirée avec le garçon.

Le soir en rentrant, Erwart exigea des explications sur l’heure à laquelle rentrait son agent. Il voulait également savoir pour quelle raison, il avait séché l’école. Bruce affichait une expression triste. Sans dire un mot, il posa son téléphone sur la table et appuya sur le bouton Play. Le contrôleur écouta attentivement l’échange entre Dimitri et Bruce. A la fin de l’enregistrement, il paraissait à la fois choqué et content.

- C’est horrible, je suis d’accord. Ne te sens pas coupable, tu as eu raison d’enregistrer votre discussion. C’est un élément capital qui va nous permettre de faire tomber ce salaud en plus des éléments que nous avons déjà. Bien joué.

Bruce se coucha tôt ce soir-là, il n’avait pas faim, choqué par toutes ces révélations. Il laissa la fin de semaine se passer.

PS : Bruce
      Dimitri
      Marc
      Erwart
Revenir en haut Aller en bas
Piotr J Kozar
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 03/10/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 12 ans (11 novembre)
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 01
Heard Of You

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Sam 13 Fév - 23:15

Les deux agents avaient accomplis les premiers objectifs de la mission, c’est-à-dire la pose des micros un peu partout chez les Gregorovitch. Igor avait quitté les lieux pour le plus grand plaisir de Piotr, même s’il restait très perdu. Enfin, il pensait avoir le temps d’y penser plus tard. Là pour le moment, il fallait profiter de ces hamburgers absolument délicieux.

Au collège, peu importe le jour, il était toujours désagréable de croiser Marc qui reprochait aux agents de s’être rapproché des deux frères. Enfin les blonds n’en avaient rien à faire. Au final, Marc fut complètement rejeté par Dimitri à la fin des deux semaines. Mais ça, c’est plus tard.

Là nous sommes le mardi de la quatrième semaine de mission, c’est-à-dire le premier jour du mois d’octobre de l’année 2013. Et Adrian parla à Piotr de leur nouvelle nounou.  La cible était contente qu’Igor soit partit et rappelons le, il en était de même pour Piotr.  Alors les deux gamins allaient suivre Nikolaï jusqu’à la gare de la ville. Ils se tenaient la main, de peur de se perdre l’un l’autre dans la foule. Et puis, c’était plus Piotr qui trainait Adrian pour suivre le pas rapide de son père. Sur le quai, Piotr laissa une distance raisonnable et plaça une casquette sur la tête d’Adrian.

Cache ton visage.

Piotr sortit une autre casquette et la plaça sur sa propre tête.  Les deux gamins s’approchèrent de Gregorovitch discrètement, se cachant derrière la moindre colonne, jusqu’à être juste derrière l’adulte.  Un jeune homme blond sortit du train et alla directement serrer la main de Nikolaï. Il devait avoir tout juste vingt et arborait un sourire suffisant. D’un hochement de tête les deux gamins décidèrent de déguerpir.

Deux jours plus tard, les deux gamins suivirent la nounou dans tout le quartier. Il avait somme toute pas fait grand-chose hormis visiter, il a tout juste salué quelques personnes. La plupart était proches de Gregorovitch et Adrian les nommait facilement. Piotr avait obtenu le prénom de la nounou, Alexey. Pas moyen d’obtenir son nom de famille.

Et bien, on me suis ?

Les deux gamins sursautèrent, ils avaient perdu l’homme quelques secondes et il avait eu le temps de les contourner.  Ils firent un sourire penaud sans vraiment chercher à s’expliquer, ni à s’excuser. Alexey prit Adrian et le tira. Laissant un Piotr seul et légèrement abasourdi. Il rentra à l’appartement en courant et fit son rapport.

Le lendemain, on voyait clairement qu’Adrian s’était fait frappé. Piotr ne le quitta pas, de même pour Vladimir. Les deux gamins gardaient un peu tout le monde à l’écart. Le russe avait même frappait un gars un peu trop curieux. Ce fut une journée éprouvante et Adrian ne parlait pas. Il fallut attendre le soir quand le trio rentra chez Vladimir. C’était une petite maison très bien décorée, d’apparence extérieure pas forcément riche mais à l’intérieur on ne s’y trompait pas. La famille était aisée bien que discrète. Dans la chambre de Vladimir avec du thé et des gâteaux les gamins parlèrent d’abord de tout et n’importe quoi, puis ils firent leurs devoirs. Au final, Adrian évoqua à peine le fait qu’Alexey l’avait frappé, parce que c’était lui. Enfin Nikolaï l’a très mal prit et en a fait de même… Ou plutôt il a limite tabassé Alexey.  Adrian n’en était pas revenu de la capacité de son père à être violent. Vladimir alla faire un câlin à Adrian qui fondit en larmes. Piotr lui s’approcha et se contenta de poser une main amicale sur son épaule de même que sur l’épaule de Vladimir. Il repensa à ses propres parents. Il raccompagna Adrian chez lui et croisa Alexey. Adrian baissa les yeux et Piotr lança un regard noir à l’adulte.  Il arriva en retard à l’appartement pour le dîner. Il était légèrement morose et passa sa soirée dans un silence de mort, à réfléchir au lien qui pouvait avoir entre ce qui se passe chez les Gregorovitch et ce qui a pu se passer chez lui peu de temps avant l’arrestation. Et il n’aimait pas cette idée, vraiment pas.

Le week-end et le début de la semaine suivante se passa tranquillement. Le jeudi fut plus intéressant.  Piotr fit un détour aux toilettes lors d’un intercours, juste au moment pour surprendre une discussion entre Marc, Dimitri et Bruce. Piotr chopa Marc à la sortie. Il le plaqua contre le mur avant de le trainer dans un autre couloir.

Toi, tu commences vraiment à me faire chier. Si tu nous veux quelque chose prépare toi aux conséquences. Et qu’est-ce que tu sais sur sa mère ?

Marc chercha à partir, Piotr prit son poignet et il lui fit une clé de bras pour le plaquer contre le mur sans ménagement. Une légère pression suffit à lui faire tout déballer. Piotr garda l’information pour lui, de toute manière Bruce arriva quelques heures plus tard avec la version de Dimitri. Surtout, Marc connaissait tout ça et il n’a fait que s’en servir pour menacer Dimitri. De quoi bien énerver Piotr.  Et il ne le cacha pas le lendemain. Plus la mission avançait, plus le cosaque se sentait proche des deux Gregorovitch. Probablement à cause de leur histoire particulièrement semblable. Et ça, ça le tracassait. Est-ce que eux aussi seraient placés sous la surveillance d’homme de main ? Est-ce que eux aussi se feraient appelé « jeune maître » ? D’autres questions dans le même genre le taraudaient pendant le week-end.


Alexey > orange

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
#BE0000

Thank you Maku
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helva Fitzhenry
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 23/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 35 Ans/10 Nov
Statut: Agent Modèle
Nombre de Missions: Inconnu
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Sam 27 Fév - 17:08



Les révélations de ses agents laissèrent à Erwart un goût amer dans la bouche. Il avait hâte de tirer les deux enfants Gregorovitch de là. Ils avaient un grand père tout prêt à les accueillir après tout.

Mais la violence régnait de plus en plus dans le domicile familial. Le comité de surveillance de Cherub avait même envisagé de retirer les agents de la mission. Après tout, les micros avaient été posés. D'ailleurs, le contrôleur savait désormais, grâce à eux, la totalité de ce qui se passait dans la maison. A partir des premiers renseignements, la police était parvenue à mettre sur écoute les hommes de main proche de Nikolaï.

Le coup de filet était proche. Pour faciliter celui ci, Erwart choisit d'éloigner les enfants Gregorovitch de leur père. Il expliqua donc calmement à ses agents ce qu'il attendait d'eux. Il se doutait qu'ils seraient heureux de faire ceci. Les deux adolescents s'étaient rapprochés des deux russes.

Le dimanche, au soir, il prit du temps avec eux après leur repas.

« Le coup de filet est prévu pour le samedi, à sept heures du matin. Gregorovitch et ses proches seront arrêtés. Puis tous ceux dont les noms ont filés. Cependant. J'aimerais que Dimitri et Adrian soient à l'écart lors de cette arrestation. Leur éviter cette violence ne pourra que leur faire du bien. Je veux donc que vous invitiez ici les deux garçons. Il sera ensuite probable qu'on les garde tout le week-end. Jusqu'à ce que les services sociaux contactent leur grand père. Vous continuez de faire profil bas. Vous vous méfiez particulièrement d'Alexey. Nous resterons encore une semaine après l'arrestation de Gregorovitch. Soutenez vos deux amis. Ils en auront besoin. Mais ce sera bien pour eux qu'ils soient enfin libérés de leur père. Même si vous ne le reverrez pas... Vous leur avez permit de vivre une bien meilleure vie que celle qui les attendait. »

Il les prit dans ses bras, avant de les envoyer se coucher.

Tout se passerait bien.


~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helva Fitzhenry
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 23/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 35 Ans/10 Nov
Statut: Agent Modèle
Nombre de Missions: Inconnu
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Sam 27 Fév - 17:11


Détails du Maitre du Jeu


Vous avez deux semaines pour poster les actions de votre personnage, comprenant :

♦ La première semaine, où vous inviterez vos cibles à dormir à l'appartement le vendredi soir
♦ Le week-end en compagnie des deux enfants jusqu'à ce qu'ils retrouvent leur grand père.
♦ La semaine suivante, où vous les soutiendrez, notamment face aux diverses révélations qui seront faites sur leur père.
♦ La fin de la mission, suivant le plan de retraite mis en place lors du briefing et le retour au campus

Vous devrez poster dans l'ordre suivant :
Ordre Libre

Vous devez faire minimum 1000 mots pour ce rp.  

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piotr J Kozar
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 03/10/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 12 ans (11 novembre)
Statut: Agent Perturbateur
Nombre de Missions: 01
Heard Of You

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Sam 27 Fév - 21:49

Le dimanche soir après le repas, Ewart annonça le jour du coup du filet. Piotr hocha la tête, lui n’avait pas eu de soutien lors de l’arrestation de ses parents. Et il avait juste put observer tout ça d’un œil endormis mais plongé dans l’incompréhension. Le signe d’affection le laissa légèrement  abasourdis ce qui fit qu’il ne le rendit pas du tout et alla se coucher tel un automate.

Le lundi se passa sans encombre. De même pour le mardi, si on omet que Marc a voulu se battre avec les deux « frangins ». Dans le but de les écraser il avait ramené son frère, un lycéen avec une tête de délinquant à deux balles. Marc s’était d’ailleurs énervé en voyant le groupe d’amis dont il faisait partit un mois plus tôt. Le groupe l’ignora et avança pour aller chez les Gregorovitch. Marc attrapa le bras d’Adrian pour le stopper et réclamer un combat. Piotr prit son bras et le força à lâcher Adrian.

C’est avec moi et mon frère que tu veux te battre, non ?
Ouais, mais ces pleurnichards peuvent venir.
Je pense pas qu’ils soient des pleurnichards. On va régler ça deux contre deux.
Ca me va.
Hey ! On va pas vous…
Adrian, c’est bon. On doit rentrer de toute manière. Papa n’aime plus nous voir dehors. Karl, Vladimir, vous venez ?
Vous allez pleurer devant votre père ? Ha ha !
Si tu l’ouvres encore une fois pour dire de la merde, je vais prendre un plus gros plaisir encore de te massacrer.

Les deux garçons hochèrent la tête et aidèrent Dimitri à trainer son frère. Piotr et Bruce se retrouvèrent seuls pour faire ce dont ils rêvaient : foutre une rouste à ce prétentieux de Marc. Ils allèrent dans un square pas trop loin et désert. Là, Piotr et Bruce attendirent patiemment le premier coup des deux autres pour riposter et les mettre KO en deux temps trois mouvements. Enfin, ce n’est qu’une expression. Par un accord muet les deux agents foncèrent chacun sur l’un des deux frères. Ils portèrent un coup qui pour Piotr fut une belle droite sur la gueule de Marc. Puis ils s’éloignèrent avant toute riposte pour foncer sur l’autre. Piotr profita de l’élan que la course lui avait procuré pour foutre un coup de pied puissant dans le ventre du lycéen qui s’écroula inconscient. Bruce maintenu Marc qui en se débattant se blessa. Au vu du son, c’était probablement juste une épaule déboitée, mais le collégien s’effondra sur le sol dans un cri de douleur qui ameuta les gens. Les agents partirent en courant pour arriver juste derrière les quatre autres devant la maison des Gregorovitch. Piotr tout sourire leur dit que ça avait été facile. Enfin, on voyait bien qu’ils étaient essoufflés, mais pas blesser. Faut dire qu’ils avaient cherché à éviter ça. Ce n’était vraiment pas le moment. Le début de soirée se passa tranquillement. Bien qu’Alexey semblait désapprouver complètement la présence des amis des fils de Gregorovitch au sein de la maison, les considérant comme une menace.

Piotr dû attendre le vendredi matin pour avoir une réponse positive, il avait vraiment cru que ça ne passerait pas. Mais il semblerait que le ton ait encore monté chez eux, ce qui a fait dire à Nikolaï que ça ne serait pas bête que ses enfants dorment un peu autre part. Le vendredi soir, à cinq dans l’appartement, ils se sentirent particulièrement à l’étroit. Mais personne ne s’en plaignit vraiment. Les quatre enfants jouèrent jusqu’à ce que Kostya leur demande de se coucher en russe bien sûr. Les quatre gamins obéirent mais continuèrent à parler à voix basse dans le noir de la chambre où deux matelas avaient été installés. Le réveil fut difficile le lendemain, jusqu’à ce que les infos sur la télévision annonce l’arrestation de Gregorovitch et de quelques de ses proches collaborateurs. C’était les infos de midi que Kostya regardait avec un air surpris, de même que les agents. Les deux Gregorovitch eux étaient vraiment surpris voire au bord des larmes.

Les cinq personnes rejoignirent la maison des Gregorovitch qui était cernée par la police et les médias. Kostya choisit de ramené tout le monde à l’appartement où un policier vint leur parler. Ewart s’en occupa pendant que les agents restaient avec les deux frères. Dimitri semblait moins affecté qu’Adrian, mais lui connaissait la part d’ombre de leur père. Le soir Kostya annonça que la garde des deux frères irait à leur grand-père et que jusqu’à son arrivée, ils resteraient ici.

Le dimanche fut long, les infos ne cessait de rabâcher ce coup de filet extraordinaire. Le dernier d’une telle ampleur ayant été celui des Kovrov six années auparavant. Ils avaient même eu le droit à des images d’archives de l’arrestation des Kovrov. Parmi elles, les cinq personnes purent voir deux enfants se faire sortir du bâtiment par un policier. Il était difficile pour Piotr de ne pas paraître hyper concerné par ces images, qui sont son histoire, son vrai passé. Enfin, les médias ne s’attardèrent pas trop sur les enfants que ce soit les enfants Kovrov ou Gregorovitch. Et ce pour le plus grand plaisir de Piotr et au grand soulagement d’Ewart.

Le grand-père des Gregorovitch arriva en début de soirée et resta pour le dîner avant de partir en emmenant ses petits-fils. L’appartement parut légèrement vide à Piotr. Il sortit prendre l’air. Il erra sans but jusqu’à ce que Bruce le trouve et le ramène à l’appartement.

Le collège fut un vrai enfer, les infos avaient fait grand bruit et personne n’ignorait que Nikolaï Gregorovitch était l’un des plus grand trafiquant de drogue du Royaume Uni. Vladimir et Karl tentèrent de faire comme si de rien n’était. Mais ils avaient du mal. Ils arrêtèrent de parler aux Gregorovitch petit à petit. Ils avaient besoin d’encaisser et surtout de choisir entre être l’ami de ceux que tout le monde insulte ou faire partit de ce groupe. Enfin les insultes en moins. Au final ceux qui les insultaient ouvertement étaient rares. Et ceux qui les cherchaient un peu trop devaient passer la protection rapprochée incarnée par les deux agents qui ne laissaient rien passer. Piotr aida Adrian à encaisser la possibilité que sa mère ait pu être exécutée sous l’ordre de son père. Parce que cette histoire se répandait dans le collège probablement à cause de Marc. Mais Piotr considérait qu’il n’avait pas le temps de s’occuper de ça. Surtout que les médias semblaient toujours trouver quelque chose pour donner l’impression que Nikolaï Gregorovitch est juste un gros connard, supprimant tout ce qui fait de lui un être humain qui a une famille qui jusque-là était quand même bien. De plus il n’a jamais cherché à impliquer les enfants dans son trafic contrairement à beaucoup d’autres. Adrian n’était même pas au courant de tout ça. Puis des liens entre Kovrov et Gregorovitch furent évoqués par les médias, cette partie intéressa le russe. Adrian n’avait aucune idée de qui c’était.

À la fin de la semaine, Piotr appliqua le plan de retraite. Leur « mère » était venue récupérer ses enfants et Kostya fut assigné à résidence à Londres. C’est avec regret qu’il abandonna Adrian. Mais Vladimir avait fait son choix et était resté avec Adrian, de même pour Karl qui resta avec Dimitri. Piotr avait tout fait pour soutenir Adrian. Ce dernier lui avait même dit au revoir avec un sourire probablement sincère mais légèrement forcé.

Le retour au campus fut beaucoup plus rapide que l’aller. Piotr retrouva avec plaisir son petit ami. Et les cours avec beaucoup moins de plaisir. Pour ses plans pour le début du mois novembre, il allait se tenir à carreaux. Le but avoir du temps libre pour passer avec Zoël. Et pas crouler sous les punitions et être à peine capable de faire ses devoirs.

Adrian > #FE6600
Dimitri > # D05504
Marc > #672900

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
#BE0000

Thank you Maku
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Dim 6 Mar - 17:46

Bruce avait passé le Week-end à se remettre de la révélation que lui avait fait Dimitri. Même si l’agent faisait le dur de temps en temps, il n'en restait pas moins un adolescent. Il culpabilisait aussi du fait d'avoir enregistré son ami alors que ce dernier lui confiait son plus lourd secret. Bruce se demandait souvent depuis ces fameuses révélations s'il n'était pas une ordure. L'espagnol, lui, n'aurait pas du tout apprécié que l'on enregistre son secret et surtout pas son enfance.

Le dimanche soir, une fois le repas terminé et la table débarrassée, la famille en carton s'installa dans le salon autour d'une tisane bien chaude. C'est à ce moment-là que leur contrôleur de mission se décida à leur annoncer que le coup de filet, en d'autres mots l'arrestation du père Gregorovitch et de ses proches se tiendrait le Samedi suivant. Cette annonce marquerait la fin de la mission ainsi que la fin d'un calvaire pour certaines personnes.

Le Lundi fut calme, Bruce assista à un cours de maths puis de Géographie. La journée fut bien courte. Le Mardi se révéla être un peu plus intéressant. Après une journée de cours bien ennuyante, Marc, anciennement meilleur ami de Dimitri, avait décidé de se confronter aux deux agents. Le garçon pour se battre avait ramené son grand-frère. Alors que la petite bande s'était décidée à aller chez les Gregorovitch, Marc attrapa le bras d'Adrian qui s'arrêta net. Ne sachant pas comment allait évoluer la situation, Bruce avait armé son bras et légèrement plié les jambes, prêt à réagir au moindre mouvement hostile en provenance de Marc. Piotr avait réagi rapidement. Il avait attrapé le bras de Marc et avait commencé à exercer une pression afin de l'obliger à lâcher sa proie. Marc réclamait un combat contre Adrian. N'importe quoi, cet imbécile n'avait-il pas une dent contre les deux agents et plus particulièrement envers Bruce ? Alors pourquoi voulait-il mettre dans cette histoire les Gregorovitch. L'espagnol laissa son frère parler, ce dernier paraissant parfaitement maîtriser la situation. Les Gregorovitch ainsi que deux autres garçons s’éclipsèrent, ce combat ne les regardaient pas.

Une fois seul, les deux agents se regardèrent. Enfin, ils allaient pouvoir dérouiller ce petit prétentieux qui depuis le début de la mission se permettait de faire des remarques et de mener la vie dure aux gens de sa classe. Auparavant, les agents n'auraient pas pu le toucher mais sachant que la mission touchait bientôt à sa fin, ils s'autorisaient une petite distraction. Les quatre garçons choisirent un square désert et les deux duos se firent face. Les agents attendaient que les deux autres attaquent pour pouvoir riposter. Il ne fallait jamais attaquer le premier. En ripostant, ils pourraient faire croire aux autorités qu'ils étaient en cas de légitime défense. Le coup arriva. Dans un accord muet, les deux agents s'élancèrent chacun sur l'un des deux frères. Piotr s'occuperait de Marc, dommage Bruce aurait bien aimé lui faire sa fête. L'agent s'occupa du frère de Marc. Il lui porta un violent coup de pied dans l'oreille. Bruce parti avant que sa victime ne puisse riposter. Puis les deux agents échangèrent leur cible. Le blond se jeta sur Marc et le maintint fermement par les épaules pendant que le Russe se jetait sur l'autre garçon. Ce dernier avait été légèrement sonné par le plat du pied de Bruce, ce qui laissa largement le temps à Piotr de lui asséner un violent coup de pied dans le ventre. Marc se débattait de plus en plus, et Bruce resserra un peu plus son étreinte. On entendit alors un bruit suspect provenant de l'épaule de Marc. Au gémissement de ce dernier, le diagnostic était clair, et d'une épaule déboitée. Les passants alertés par les cris de douleurs de Marc, les agents détalèrent en vitesse pour rejoindre leurs amis.

Mercredi, Bruce proposa à Dimitri de venir dormir à la maison durant le Week-end. L'agent lui indiqua que son frère avait déjà dut être invité par Piotr. Dimitri indiqua à l’agent qu’il demanderait à son père. Jeudi, Dimitri revint voir l'espagnol pour lui dire qu'il ne pourrait pas venir dormir chez lui, Alexey la nouvelle nourrice des deux garçons trouvait cela d'un mauvais œil. Finalement, Bruce reçu une réponse positive de son ami le vendredi Matin. Apparemment, une dispute aurait éclaté chez les Gregorovitch. Le Vendredi soir, les quatre adolescents se retrouvèrent dans l'appartement. Ils étaient un peu à l'étroit, il faut dire qu'un trois pièces n'est à la base pas adapté pour vivre à cinq mais personne ne s'en plaignit. Après un bon fastfood, les adolescents passèrent leur soirée à jouer à la console jusqu'à ce que Erwart leur demande toujours en Russe d'aller se coucher. Bien que la lumière fut éteinte, les garçons continuèrent à parler mais par binôme.

- Bruce, tu sais pour ce que je t'ai dit, je voudrais être sûr que tu n'en parleras à personne. Je ne veux pas qu'Adrian l'apprenne, mon père est un peu comme son modèle.

- Ne t'inquiète pas Dimitri, tu as ma parole. Ce que tu m'as dit restera entre nous deux. Juré, promis, craché. Comme pour celer le pacte, Bruce se leva et se dirigea vers la fenêtre pour cracher.

Dimitri s'endormit, confiant. Bruce lui, eu un peu plus de mal à trouver le sommeil conscient de ce qui allait se dérouler dans quelques heures. Il se sentait une nouvelle fois coupable, mais c'était pour leur bien.

Le lendemain, alors que qu'ils prenaient le petit déjeuné dans la cuisine, les infos de 12h passèrent à l'écran, annonçant l'arrestation de Gregorovitch et de nombre de ses proches. Les deux agents ainsi que le contrôleur de mission prirent un air des plus étonnés pendant que les deux garçons pleuraient. Les cinq personnes se rendirent au domicile des Gregorovitch. En arrivant sur les lieux, il planait une ambiance lourde. La maison était infestée de policiers à la recherche du moindre indice. Dès que les garçons arrivèrent, une foule de policiers et de journalistes leurs tombèrent dessus. Ewart décida de rentrer à l’appartement, où un policer posa des questions au deux frères.

Le Week-end fut éprouvant pour les frères Gregorovitch, les infos ne cessaient de passer l’affaire en question, multipliant les reportages sur la famille Gregorovitch, de quoi peiner tout le monde.

Ewart annonça aux deux frères qu’ils habiteraient maintenant chez leur grand-père, qui arriva le dimanche en début de soirée. L’homme resta manger et il partit accompagné de ses deux petits-enfants juste après le repas. Puis après avoir débarrassé la table, Bruce s’aperçut que Piotr manquait à l’appel. Il était sans doute sorti prendre l’air. Bruce retrouva son ami dans le square tout près de l’appartement. Bruce prit Piotr dans ses bras, comme il aurait pris dans ses bras le frère qu’il n’a jamais eu. Puis les deux garçons rentrèrent à l’appartement.
La semaine suivante fut des plus dures pour les Gregorovitch, toute l’école était bien-sûr au courant de l’affaire qui tournait en boucle sur toutes les chaines d’informations. Tout le monde savait maintenait que Nikolaï le père des deux garçons était l’un des plus grands trafiquants de drogue du pays. Beaucoup de personnes arrêtèrent de parler aux Gregorovitch et beaucoup d’insultes ne fusèrent enfin pas ouvertement car tous ceux qui voulaient s’en prendre aux deux frères se heurtaient aux deux agents. Bruce fut déçu par le comportement de Vladimir et Karl. Les deux garçons arrêtèrent petit à petit de parler aux Gregorovitch. Il essayait d’être au maximum présent pour son ami. L’agent était persuadé qu’une fois que les médias se désintéresseraient de l’affaire, la vie reprendrait comme si rien ne s’était jamais passé. Enfin, il l’espérait pour ses deux amis.

La fin de la semaine, marqua également la fin de la mission et un retour au campus. La version officielle était d’un tout autre registre. Le plan de retraite établit par Cherub était le suivant : la mère des deux agents avait récupéré la garde de ses deux fils. Leur père, Kyosta quant à lui, avait été assigné à résidence dans la ville de Londres. Le jour du départ, Bruce passa dire au revoir à Dimitri. C’était avec regret. L’agent avait passé de bons moments avec le Russe et il était peiné de devoir s’en aller. Mais sa vie, lui imposait de rentrer. Bruce était heureux de voir que Karl avait décidé de parler de nouveau à Dimitri, ce dernier ne se sentirait pas seul. Avant de partir, les deux garçons se firent une accolade.

Le trajet de retour au campus se passa relativement bien. Une voiture noire était passée prendre les garçons en fin de matinée. De retour au campus, il courrait voir Itô, cette dernière lui manquait terriblement. Voilà, une page se tourne.
Revenir en haut Aller en bas
Helva Fitzhenry
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 23/09/2014

Dossier de l'Agent
Age/Date de Naissance: 35 Ans/10 Nov
Statut: Agent Modèle
Nombre de Missions: Inconnu
Légende

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   Dim 6 Mar - 18:50


Rapport de Mission

Nikolaï Gregorowitch fut jugé pour ses différents trafics (drogue, prostitution, paris illégaux) mais aussi pour racket envers des commerçants de la ville, tout cela en bande organisée. Les preuves furent accablantes, et il fut condamné à la prison à perpétuité, avec une peine de sûreté de trente ans. Une enquête s'ouvrit aussi sur le meurtre présumé de sa femme, mais son corps ne fut jamais découvert.

Boxwell en fut grandement affecté, mais il tâcha de rester fort pour ses deux petits enfants. Il choisit bientôt de déménager pour les emmener dans la campagne écossaise, là où plus personne ne connaîtrait les méfaits de leur père afin qu'ils puissent se reconstruire.  

Dimitri s'occupa bien de son petit frère. Si lui avait su depuis longtemps pour leur mère, le jeune Adrian eut énormément de mal à vivre après tout ceci. Il tenta plusieurs fois de se suicider, mais Dimitri le sauva toujours. Finalement, les deux frères se rapprochèrent de leur grand père, l'aimant comme un père. La famille est désormais très soudée, et les deux garçons portent le nom de leur mère, Boxwell.

Vladimir et Karl restèrent leur seuls amis dans la ville d'Edimburg. Ils passèrent leurs vacances d'été chez les Boxwell.

Le mystérieux Igor fut longuement recherché par le MI-5, de même que le Grand Patron évoqué plusieurs fois. Les seules pistes les amenèrent aux portes fermées des services secrets russes, qui stoppèrent toute enquête. Il fut rapidement décidé que sans informations supplémentaires sur ce réseau, Bruce et Piotr ne pourraient plus prendre part à la moindre mission d'investigation sur des russes. Et que les interventions de Cherub devraient être d'autant plus rare.

Alexey fut retrouvé quelques semaines après l'arrestation de Gregorovitch. Il avait apparemment été battu quasiment à mort. Il refusa de parler, mais plusieurs hommes de mains de Gregorovitch furent rapidement incriminés. Le père de famille aurait alors avoué que c'était pour le bien de ses fils, puisque le russe n'hésitait pas à battre ses propres enfants. Après enquête, Alexey fut donc jugé -en plus des autres crimes des hommes de Gregorovitch- pour violences sur mineurs. A ce titre là, il écopa d'une peine de deux ans de prison incompressible.

L'agent Piotr J Kozar reçut une bonne appréciation de la part d'Erwart. Bien que son individualisme et son mauvais comportement lui fut reproché, il avait su être efficace au cours des quelques semaines de la mission.

L'agent Bruce Horowitz reçut une appréciation moyenne de la part d'Erwart. Bien que celui ci ait apprécié les progrès dantesques du jeune homme sur cette langue qui lui fut imposée au PEI, il insista sur le manque de présence de l'agent durant le mois, soulignant qu'avec plus d'initiatives, il serait parvenu à un bien meilleur résultat.
HRP:
 

~~~~~~~~~~~~~~~CHERUB Campus~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mission : Présence Russe   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission : Présence Russe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» bonne fete revolution russe
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus RPG :: Section RPG : Extérieur :: Le Royaume Uni-